Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Repêcher que des Québécois? Pas si fou que ça...

Publié | Mis à jour

Il y a un mois, le Canadien de Montréal ne sélectionnait aucun Québécois au repêchage. Cette situation allait forcément faire réagir. À tort ou à raison?

L’exercice est un peu simpliste, mais les résultats n’en sont pas moins fascinants: le Canadien aurait donc intérêt à repêcher systématiquement des Québécois, sauf peut-être en début de premier tour. Il serait quand même ridicule de passer à côté des Alex Galchenyuk et Mikhail Sergachev...  

Que ce soit pour une question identitaire ou pour gagner davantage, le CH devrait-il miser sur plus de Québécois? Pour répondre à la question (ou pour faire réfléchir un peu le directeur général Marc Bergevin), voici le procédé: chaque joueur repêché par le Tricolore, entre 2012 et 2016, a été remplacé par le prochain Québécois appelé à la suite de cette même sélection.

Pour les rondes 2 à 7, chiffres à l’appui, il vaudrait mieux pour le CH de prendre une chance avec les Anthony Duclair et Cédric Paquette, pour ne nommer que ceux-là. Quitte à échapper un Artturi Lehkonen ou un Victor Mete de temps en temps.

Sur le lot, le Canadien tombe inévitablement sur de nombreux Québécois n’ayant jamais joué dans la Ligue nationale de hockey, mais ça équivaut à bien des Dalton Thrower, Brady Vail et Connor Crisp de ce monde.

Non sans surprise, à partir de 2012, année où Bergevin est débarqué à Montréal comme directeur général, les Québécois ayant suivi les choix du Canadien ont disputé plus de matchs au total dans la LNH (1346 contre 1223) que les sélections faites par le Tricolore. 

À noter que l’échantillon concerne seulement les cinq premières années du règne de Bergevin alors que les joueurs repêchés à partir de 2017 poursuivent toujours leur ascension. 

Une exception s’applique pour les choix de première ronde figurant dans le top 10, où le Canadien serait bien bête de ne pas miser sur les meilleurs espoirs de chaque repêchage.

Le nombre de matchs joués est inscrit entre parenthèses. 

2012 

Résultat: Mis à part Alex Galchenyuk, sélectionné troisième au total, un seul autre joueur repêché par le CH en 2012 est parvenu à atteindre la LNH et c’est le Québécois Charles Hudon. 

Un avantage de 405 matchs dans cette cuvée pour les joueurs nés au Québec, principalement grâce à Cédric Paquette.

Choix du Canadien (125) | Prochains Québécois (530)

Alex Galchenyuk – choix top 10

Sebastian Collberg (0) – Raphaël Bussières (0)

Dalton Thrower (0) – Alexandre Mallet (0)

Tim Bozon (0) – Kevin Roy (28)

Brady Vail (0) – Cédric Paquette (377)

Charles Hudon (125) – même sélection

Erik Nystrom (0) – Francis Beauvillier (0)

2013 

Résultat: Avantage au Canadien, cette fois. Artturi Lehkonen fut certainement un choix judicieux en deuxième ronde (55e au total). Les Oilers d’Edmonton et les Blues de St. Louis avaient suivi en repêchant respectivement Marco Roy et William Carrier, qui est désormais avec les Golden Knights de Vegas.

Au troisième tour, le prochain Québécois ayant suivi la sélection de Connor Crisp fut toutefois Anthony Duclair.

Choix du Canadien (805) | Prochains Québécois (388)

Michael McCarron (69) – Laurent Dauphin (35)

Jacob De La Rose (229) – Gabryel Boudreau (0)

Zachary Fucale (0) – même sélection

Artturi Lehkonen (291) – Marco Roy (0)

Connor Crisp (0) – Anthony Duclair (353)

Sven Andrighetto (216) – Félix Girard (0)

Martin Reway (0) – Christopher Clapperton (0)

Jérémy Grégoire (0) – même sélection

2014 

Résultat: Le Canadien n’a pas eu beaucoup de succès lors de ce repêchage quoique Jake Evans n’a pas encore dit son dernier mot. Le futur laisse par ailleurs imaginer que Nicolas Aubé-Kubel aurait été un meilleur choix que Nikita Scherbak en première ronde.

Choix du Canadien (71) | Prochains Québécois (45)

Nikita Scherbak (37) – Nicolas Aubé-Kubel (45)

Brett Lernout (21) – Alexis Vanier (0)

Nikolas Koberstein (0) – Daniel Walcott (0)

Daniel Audette – même sélection

Hayden Hawkey (0) – Francis Perron (0)

Jake Evans (13) – aucun Québécois repêché après lui

2015 

Résultat: Une sélection automatisée des Québécois aurait encore été plus avantageuse pour le Canadien. Certes, la malchance s’est acharnée sur le défenseur Noah Juulsen jusqu’ici. Deux rangs plus tard, les Islanders de New York sélectionnaient Anthony Beauvillier.

Choix du Canadien (51) | Prochains Québécois (321)

Noah Juulsen (44) – Anthony Beauvillier (286)

Lukas Vejdemo (7) – Nicolas Roy (35)

Matt Bradley (0) – Carl Neill (0)

Simon Bourque – même sélection

Jeremiah Addison (0) - aucun Québécois repêché après lui

2016 

Résultat: 171 matchs joués pour les joueurs repêchés par le CH contre 62 pour les joueurs natifs du Québec ayant suivi leur sélection. Ces joueurs sont encore jeunes, mais jusqu’à maintenant le Canadien tire avantage en ayant choisi le défenseur Victor Mete en quatrième ronde (100e au total). Mais celui a-t-il vraiment un meilleur avenir que Maxime Lajoie chez les Sénateurs d’Ottawa?

Choix du Canadien (171) | Prochains Québécois (62)

Mikhail Sergachev – choix top 10

William Bitten (0) – Frédéric Allard (0)

Victor Mete (171) – Alex Dostie (0)

Casey Staum (0) – Maxime Lajoie (62)

Michael Pezzetta (0) – Gabriel Fontaine (0)

Arvid Hendrikson (0) – Jeremy Davies (0)