Crédit : AFP

F1

Lance Stroll encore ennuyé par la maladie

Publié | Mis à jour

Au cœur d’une séquence de cinq Grands Prix sans point, le Québécois Lance Stroll est encore ralenti par la COVID-19 dont les symptômes tardent à disparaître.

C’est ce que le directeur technique de l’écurie Racing Point, Andrew Green, a indiqué, expliquant du même souffle que les récents abandons du Montréalais ont également eu un impact sur la confiance du pilote.

Les malheurs de Stroll ont commencé au Grand Prix de Toscane, le 13 septembre. Avant le début de l’épreuve tenue sur le Mugello, il était quatrième au classement des pilotes. Il roulait également en quatrième place avant qu'une crevaison inattendue ne l’envoie valser dans le bac à gravier.

Deux semaines plus tard, c’est cette fois Charles Leclerc (Ferrari) qui mettait fin à ses espoirs dès le premier tour en le percutant; le Montréalais avait gagné quelques places après le départ. Puis, il a raté le GP de l’Eifel en raison de la COVID-19.

«Il a subi beaucoup de coups physiquement et mentalement. C'était un assez gros accident au Mugello, donc je pense que cela a probablement écorché sa confiance. Ensuite, il n’a pas été en forme pour quelques courses», a expliqué Green dans une entrevue avec le site officiel de la Formule 1, mercredi.

«La maladie l’a assommé, c’est clair, et c’est quelque chose que nous n’avions pas prévu. Nous avons entendu parler du temps qu'il faut pour se remettre de la maladie et je pense que cela prend du temps.»

Pénalité et accrochages

Effectuant un retour au Portugal, Stroll a connu une course difficile qui s’est également terminée avec un contact, mais cette fois, il en a été tenu responsable et a été pénalisé. Puis, dimanche dernier, c’est un contact avec Esteban Ocon (Renault) - qu'il aurait pu éviter - qui a gâché sa course, puisqu’il a dû changer d’aileron dès le premier tour.

«De toute évidence, il n'est pas là où il était. [La différence], c’est le manque de confiance, sur lequel nous devrons travailler au cours de la prochaine semaine. Il a juste besoin de reprendre confiance en lui, de croire à nouveau en lui-même, et nous récupérerons le Lance que nous avions pour les deux premiers tiers de la saison.»

Avec un plateau très resserré derrière Mercedes, Racing Point aura besoin d’une bonne récolte régulière de points de Stroll. En effet, l’écurie en rose est en quatrième place au classement des constructeurs, ex aequo avec McLaren (134 points). Et Renault ne compte qu’un tout petit point d’avance au troisième échelon.

«Ce sont de très petites marges et nous avons simplement besoin qu’il se remette sur pied. Nous pouvons faire cela, nous avons les outils, nous avons les gens. La moitié de cela est qu'il a probablement juste besoin d'une tape dans le dos, d'un petit câlin, et d’entendre: "ressaisis-toi maintenant et continuons de travailler pour ramener [l'équipe] à la troisième place".»

La prochaine course aura lieu le 15 novembre à Istanbul, en Turquie. Il reste quatre épreuves avant la fin de la saison.