Crédit : AFP

Cyclisme

Victoire d'étape pour un Canadien à la Vuelta

Publié | Mis à jour

Le cycliste canadien Michael Woods a signé un bel exploit, remportant la septième étape du Tour d’Espagne, mardi.

Faisant partie de l’équipe EF Pro Cycling, Woods a devancé, au sprint, les Espagnols Omar Fraile et Alejandro Valverde lors de l’arrivée à Villanueva de Valdegovia, dans le Pays basque. L’épreuve du jour était de 159,7 kilomètres.

Alors qu’il faisait partie de l’échappée du jour, un groupe d’une trentaine de coureurs, Woods est parti en solo dans la dernière ascension, à 22 kilomètres de l’arrivée. Une fois dans la descente, il a été rejoint trois kilomètres plus loin par Alejandro Valverde (Movistar), Guillaume Martin (Cofidis), Nans Peters (AG2R-La Mondiale) et Omar Fraile (Astana).

«[Ne pas prendre de relais dans l’échappée], ça m’a permis de m’asseoir un peu. J’ai été chanceux, car j’avais les jambes et j’ai pu aller chercher la victoire», a expliqué Woods.

«Je suis super content pour Mike, a quant à lui commenté le Québécois James Piccoli, qui fera équipe avec Woods chez Israel Start-Up à compter du mois de janvier. Je me sentais mal pour lui après sa chute à la première étape, car il se sentait frais. C’est donc bien de le voir gagner une étape d’une façon assez cool!»

Il s’agit d’une deuxième victoire d’étape en carrière à la Vuelta pour Woods, un athlète originaire d’Ottawa, lui qui avait signé un tel triomphe en 2018. Dimanche, lors de la sixième étape, il avait terminé deuxième.

Piccoli en territoire connu

Piccoli a pour sa part vu son meneur Dan Martin conserver sa troisième place au classement général provisoire. L’Irlandais accuse toujours 20 secondes de retard sur le maillot rouge détenu par l’Équatorien Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers).

«Si l’équipe du meneur (Carapaz) contrôle la course, ça marche pour nous, a commenté Piccoli pour expliquer l’absence d’un coureur de sa formation dans la grande échappée du jour. On sacrifie peut-être les chances d’une victoire d’étape, mais c’est notre stratégie est d’épargner nos gars si jamais Dan [Martin] a un problème.»

Piccoli est 134e du jour et il a fini dans le dernier groupe qui a rallié la ligne d’arrivée 17 minutes après Woods. Au général, il est 117e à 1 h 21 min 68 s.

Le Québécois est maintenant en territoire inconnu au lendemain de la pause de lundi, car il n’a jamais participé à une course par étape de plus d’une semaine.

«Je me sentais quand même assez bien. Je n’ai jamais eu une journée de repos dans une course à étape. Les coureurs m’ont dit que c’est plus un repos mental que physique et j’ai dû pousser à l’entraînement [lundi] pour ne pas manquer de gaz [mardi].»

Le classement général du Tour d’Espagne est dominé par l’Équatorien Carapaz. Coéquipier de Woods, le Britannique Hugh Carthy est deuxième, à 18 secondes de Carapaz. Woods vient au 48e rang.