Crédit : AFP

LNH

Un rêve qui tourne au cauchemar pour un jeune joueur des Golden Knights

Publié | Mis à jour

L’automne s’annonçait bien excitant pour le jeune attaquant des Golden Knights de Vegas Keegan Kolesar, alors que son équipe semblait l’une des favorites pour remporter la coupe Stanley. Mais les choses ont tourné au drame pour le Manitobain, qui a dû quitter la bulle de la Ligue nationale de hockey (LNH) pour accompagner son père, atteint de la COVID-19, dans ses derniers moments.

Après avoir passé la majeure partie de la saison 2019-2020 dans la Ligue américaine avec les Wolves de Chicago, Kolesar a rejoint le grand club pour les séries éliminatoires, à Edmonton. Même s’il n’était pas utilisé pendant les matchs, il faisait néanmoins partie de la formation et avait la chance de s’entrainer avec quelques-uns des meilleurs joueurs au monde. À 23 ans, il vivait un moment unique dans sa carrière, comme il l’a raconté à Global New.

«C’était le fun. Pour moi, et pour d’autres gars, nous sommes jeunes et n’avons pas tant de responsabilités (autre que le hockey). On n’a pas de femmes, de conjointes, d’enfants ou de bébés alors c’était plus facile pour nous. Nous pouvions rester là et jouer aux cartes toute la journée.»

La COVID frappe

Kolesar a dû quitter ses coéquipiers en septembre, lorsqu’il a appris que son père ne pourrait plus lutter encore longtemps contre la COVID-19. Joueur de premier but pour les Goldeyes de Winnipeg, un club de baseball professionnel manitobain, Charles Peterson a tout de même eu la chance de voir le premier match de son fils dans la LNH avant de mourir. En effet, en janvier dernier, il s’était rendu à Vegas pour voir Kolesar donner ses premiers coups de patin dans la grande ligue, face aux Blue Jackets de Columbus.

«Il y a un moment où je pensais qu’il allait mieux, tout semblait bien aller, mais ensuite son état a rapidement décliné. Nous avons eu la chance de dire au revoir à mon père et d’avoir nos derniers moments avec lui.»

«C’est dur à décrire, les émotions et ce qui s’est passé à ce moment. Je suis juste reconnaissant d’avoir pu lui dire au revoir.»

Kolesar a depuis signé un contrat de deux ans avec les Golden Knigts et se prépare, à Winnipeg, en vue de la prochaine saison. Il espère avoir pouvoir s’établir à temps plein à Vegas après une année minée par les blessures.

Le jeune joueur croit que le hockey l’aidera à mieux vivre le deuil de son père.

«C’est très dur pour ma famille, a-t-il confié. Mais mon frère, ma sœur et moi avons toujours eu le sport pour nous aider. Ça a toujours été une façon de s’évader de tout ce qui se passe dans la vie. C’est quelque chose dans lequel mon père a investi beaucoup de temps. Il voyait à quel point le sport était important pour nous.»