Camp Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Peu de communication chez le CH: Julien se défend

Publié | Mis à jour

Pointé du doigt par certains anciens joueurs pour un manque de communication, l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal, Claude Julien, a remis les pendules à l’heure, jeudi matin, lors d’une visioconférence.

«Ma porte est toujours ouverte», a-t-il répété. 

Julien est notamment revenu sur les propos de Max Domi, échangé aux Blue Jackets de Columbus le 6 octobre en retour de Josh Anderson. Le défenseur Karl Alzner et l’attaquant québécois Charles Hudon ont aussi mentionné un problème à ce niveau.

«Pour les séries, nous avons discuté avec tous les joueurs pour leur expliquer leur rôle, a mentionné Julien. Je ne vois pas le problème de communication.»

«Les séries étaient difficiles, il y avait peu de communication, avait pourtant affirmé Domi, après avoir été échangé plus tôt ce mois-ci. Je ne savais pas trop où je figurais au sein de l’équipe et ce que je devais faire pour aider l’équipe. Je n’ai pas reçu de directives de la part de personne. C’est malheureux.»

«Difficile de plaire à tout le monde» 

Julien a fait rire les journalistes en faisant valoir que la réalité est devenue bien différente en cette ère des réseaux sociaux.

«Avant, on mettait notre poche de hockey sur notre épaule, on quittait l’aréna et ça s’arrêtait là», a dit l’entraîneur-chef, qui a lui-même goûté à la Ligue nationale comme joueur dans l’uniforme des Nordiques de Québec.

«Quand tu as 22 ou 26 joueurs, avec les blessés, ce n’est pas toujours facile de parler aux joueurs à tous les jours, a reconnu Julien, estimant que la fierté de Domi a peut-être été atteinte quand il a été relégué au quatrième trio durant les éliminatoires. C’est difficile de plaire à tout le monde.»