Golden Knights c. Canadiens

Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

Claude Julien déborde de confiance

Publié | Mis à jour

Claude Julien restera toujours loin des grandes promesses. Il a décrit le Canadien comme une équipe améliorée et surtout une équipe qui comptera sur une plus grande profondeur grâce aux précieuses acquisitions de Marc Bergevin au cours des dernières semaines.

Julien sait qu’il y aura de plus grandes attentes, surtout dans une ville bouillonnante comme Montréal. 

«Avec les ajouts, nous devenons une équipe plus compétitive, a dit Julien lors d’une très généreuse visioconférence, jeudi. Nous avons confiance. Nous devrons amener cette équipe au même niveau que les attentes. J’ai hâte de recommencer. Nous avons rempli des trous. Marc a fait du bon travail, il a réalisé de grosses acquisitions. Nous avons aussi signé Gallagher et Petry. C’est toujours bon pour la stabilité de l’équipe.»

«Il y a quelques années, nous avons parlé du "reset" [la réinitialisation]. Il y avait des choses à changer. Tranquillement, nous l’avons fait. Les partisans n’ont pas vu une équipe assez bonne pour participer aux séries. Nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel. Il y a les Suzuki et KK [Kotkaniemi]. Mais il y a d’autres espoirs. Romanov, Jordan Harris au niveau de la NCAA. Nous avons un bon noyau de jeunes. Nous aurons une bonne équipe pour plusieurs années.»

Julien a parlé avec optimiste de son équipe, mais il a un pas qu’il a refusé de franchir. À l’image de son directeur général, l’homme de 60 ans a décrit le CH comme une formation susceptible de participer aux séries, sans parler d’une possible puissance.

«Les séries, c’est toujours l’objectif, a-t-il répliqué. Ça ne change pas. Nous nous donnons de meilleures chances. Je ne veux pas rabaisser les attentes. Mais je dis aux gens que je m’attends à participer aux séries. Ce n’est pas différent des autres années. Je sais qu’il y a deux ans, nous avions connu une bonne saison, mais nous avions manqué les séries par un point [deux points en réalité].»

À notre image 

Sur papier, le Tricolore a déjà meilleure mine. Bergevin a amélioré son équipe à toutes les positions avec les arrivées de Jake Allen, Joel Edmundson, Josh Anderson et Tyler Toffoli. À la ligne bleue, le jeune Alexander Romanov se greffera également à un groupe déjà solide.

Julien amorcera la cinquième saison de son deuxième passage derrière le banc du CH. Pour cette cinquième année, il aura visiblement une équipe plus à son image. À ses belles années avec les Bruins de Boston, il misait sur un mélange de talent, de rapidité, mais aussi de robustesse.

«Cette équipe est plus à notre image, a-t-il répondu. Quand je dis notre image, je parle au sens large de l’organisation. Nous voulions bâtir une équipe compétitive et avoir un mélange d’un peu de tout. Je garde la même réponse. Ce que j’aime, c’est que nous avons de la profondeur et des éléments différents. Nous avons un joueur comme Gallagher. Il est le cœur de notre équipe quand tu le regardes jouer. Il est peut-être un plus petit gabarit, mais il a le cœur d’un lion.»

«Anderson et Armia ont la grosseur pour être bons sur les rampes. Nous pourrons jouer à notre façon, peu importe les rivaux. Je me sens à l’aise avec ce groupe de joueurs. Nous garderons notre plan de match.»

Des trios interchangeables 

Au centre, il y a Phillip Danault, Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi et Jake Evans. Sur le flanc droit, il y a Brendan Gallagher, Anderson, Toffoli et Joel Armia. Sur le flanc gauche, il y a Tomas Tatar, Jonathan Drouin, Artturi Lehkonen et Paul Byron.

Julien aura l’occasion de concocter quatre trios intéressants avec ce groupe de 12 attaquants.

«Nous aurons quatre trios compétitifs, a dit Julien. Il y a plusieurs bons marqueurs à l’attaque. Nous pourrons éliminer les statuts de numéros 1, 2, 3 pour nos trios. Nous irons avec celui qui jouera le mieux. Nous arrêterons de classer les trios.»

Pour Julien, il n’y a pas de doute. L’image du CH ne sera pas la même pour la prochaine saison, une saison qui reste toujours à une date inconnue.

«Oui, elle a changé notre image. On parlait de profondeur. On avait un bon gardien [Price]. Maintenant, on a Allen qui peut donner du repos à notre numéro 1. Allen a déjà joué le rôle de numéro 1 à St. Louis. On est une meilleure équipe. En défense, on a obtenu de l’expérience et du gabarit, soit par une transaction [Edmundson], soit par un ajout [Romanov]. Et à l’attaque, nous aurons quatre bons trios.»