LNH

«Je me sens comme un gars de 150 ans!»

Publié | Mis à jour

Être gardien use le corps. Pascal Leclaire est bien placé pour en témoigner. 

Le gardien québécois a accumulé les blessures pendant sa carrière de sept saisons dans la Ligue nationale de hockey. Tellement qu’il en ressent toujours les conséquences, même 10 ans après avoir accroché ses jambières.  

Leclaire n’a pas encore 38 ans (ce n’est qu’une question de jours...), mais il se perçoit beaucoup plus vieux qu’en réalité. 

«J’ai 37 ans, mais je me sens comme un gars de 150 ans quand je me lève la nuit!», a-t-il lancé en entrevue à l’émission Dave Morissette en direct, mercredi soir, dans le cadre de la semaine thématique des gardiens québécois à TVA Sports. À voir dans la vidéo ci-dessus.

Et pour cause! Cheville, aine, ischio-jambier, joue, cou, dos, genou, mais surtout hanche : peu de parties du corps ont été épargnées. 

«Ma blessure à la hanche a mis fin à ma carrière. J’ai été opéré trois fois. J’ai tout essayé pour revenir. C’étaient de grosses opérations. C’était difficile physiquement et mentalement. C’était une montagne russe d’émotions. 

«Après chaque opération, je devais faire de la rééducation pendant cinq-six mois. Après la troisième opération, j’étais en train de me déchirer les abdos parce que je compensais beaucoup pour essayer de revenir au jeu. Je vais toujours être hypothéqué. Je vais avoir besoin d’une reconstruction de la hanche.»

«Mon corps m’a encore laissé tomber»   

Leclaire a disputé son 173e et dernier match dans la LNH le 16 décembre 2010. 

Admissible à l’autonomie complète l’été suivant, il pensait poursuivre sa carrière avec les Hurricanes de la Caroline. L’entente à l’amiable a cependant avorté à l’ouverture du marché, le 1er juillet, lorsque l’équipe a reçu les résultats de ses examens médicaux.

«À midi, le téléphone a sonné. Les Hurricanes m’ont demandé mes papiers médicaux. Habituellement, ça se fait rapidement. Comme je n’avais pas de nouvelles après une demi-heure, j’ai appelé mon agent, qui m’a dit que l’entente tombait à l’eau. C’est l’une des pires journées de ma carrière, a-t-il dit. 

«Encore une fois, mon corps m’a laissé tomber. On devait organiser un party sur le bord de la piscine. Au lieu de boire pour fêter, on a bu pour oublier!»

Jeudi, Dave Morissette en direct recevra Jean-Sébastien Giguère.

Ci-dessous, voyez les autres parties de la longue entrevue avec Leclaire.