Rejean Houle

Crédit : Photo d’archives

Canadiens de Montréal

Il y a 25 ans, la grande débâcle

Publié | Mis à jour

«Déjà 25 ans. Peux-tu t’imaginer qu’il s’est écoulé presque autant d’années depuis que j’ai été congédié que les 26 saisons que j’ai passées avec le Canadien?»

Au bout du fil, Serge Savard n’en revient pas à quel point le temps passe vite. Il vient à peine de ranger ses bâtons de golf lorsque Le Journal le joint à Hilton Head, en Caroline du Sud, là où il vit pratiquement à longueur d’année. 

Il y a un quart de siècle, le 21 octobre 1995, Ronald Corey annonçait la nomination de Réjean Houle au poste de directeur général du Canadien de Montréal et Mario Tremblay, à celui d’entraîneur-chef.

Quatre jours plus tôt, le président du Canadien avait fait maison nette en démettant de leur fonction, entre autres, Savard et Jacques Demers.

«Mon congédiement m’a surpris. Pour le reste, c’est correct. Ronald a pensé qu’il ferait mieux en apportant des changements. On dirait bien qu’il s’est trompé», martèle l’homme de 74 ans.

À un joueur près 

Vingt-cinq ans plus tard, Savard demeure ferme. Il est encore persuadé que le jour de son congédiement, il était à un seul joueur de pouvoir mener le Tricolore à sa 25e coupe Stanley.

«C’est certain que j’aurais fait un échange en cours de saison pour aller chercher ce joueur», lance Savard avec confiance.

Force est d’admettre que c’est plutôt l’inverse qui s’est produit. Le Canadien est alors entré dans la période la plus sombre de son histoire.

Si on se fie à la transaction qu’il était sur le point de conclure avec Pierre Lacroix, son homologue de l’Avalanche du Colorado, ce joueur manquant se nommait Owen Nolan.

Alors âgé de 23 ans, l’attaquant venait de connaître trois saisons d’au moins 30 buts. Il allait en connaître trois autres, dont une de 44 buts.

Opération de démantèlement 

Nolan se serait amené avec le Canadien, en compagnie de Stéphane Fiset, en retour de Patrick Roy. On connaît l’histoire. Roy a bel et bien pris le chemin du Colorado. Mais la transaction concoctée par Réjean Houle n’avait rien à voir avec celle qu’avait prévue Savard.

«Aucun de ces joueurs-là n’était impliqué dans les pourparlers que j’avais eus, soutient Savard, faisant allusion à Jocelyn Thibault, Martin Rucinsky et Andrei Kovalenko. Jamais, jamais, jamais je n’aurais laissé partir Mike Keane.»

Cette transaction n’est pas la seule qui a fait sursauter le dernier directeur général du Canadien à avoir remporté la coupe Stanley.

«Keane est parti, puis Lyle Odelein. C’était le caractère de l’équipe qui s’en allait.»

Ensuite, ce fut au tour de Pierre Turgeon, devenu capitaine de l’équipe, de plier bagage.

«Je n’étais plus là, mais ça me faisait mal au cœur de voir ça. Pierre Turgeon, c’était la belle transaction que j’avais faite avec les Islanders de New York. Avec Pierre, j’avais amené le grand Russe, [Vladimir] Malakhov, à la défense», rappelle le Sénateur.

«La débandade» 

Semblant souvent pris au dépourvu, Houle a également ramené Stéphane Richer et Shayne Corson, deux joueurs que Savard avait cru bon d’envoyer sous d’autres cieux au cours des saisons précédentes.

«Je les avais échangés parce que je croyais que ces joueurs-là avaient ralenti. Je voulais rajeunir l’équipe et lui donner un nouveau souffle. Pis eux, ils sont allés les rechercher», se désole-t-il.

«Après, ça a un peu été la débandade», prend-il soin d’ajouter.

Un coup d’œil à la liste des principales transactions réalisées par Houle au cours de son mandat de cinq ans tend à donner raison à son prédécesseur. Houle ne semble pas être sortie souvent gagnant de ces trocs.

«Quand tu fais un échange, le but c’est d’améliorer ton équipe. Parfois, tu peux te tromper, reconnaît Savard. Aujourd’hui, des équipes doivent se débarrasser de bons joueurs en raison du plafond salarial. À mon époque, ce n’était pas le cas. Quand un bon joueur changeait d’équipe, tu te demandais s’il avait un défaut. Pourquoi l’autre DG voulait-il s’en débarrasser?»

Travailler en groupe 

Les autres directeurs généraux ont-ils profité de l’inexpérience de Houle pour lui en passer quelques «vites» ?

«Je ne sais pas. J’ignore comment se faisaient ces transactions. Est-ce que c’était en groupe? Quand tu t’approches d’une transaction, tu parles à ton groupe. Moi, par exemple, j’avais Carol Vadnais qui s’occupait du "scouting" professionnel.»

Savard raconte que, chaque fois qu’il préparait une transaction d’envergure, Vadnais épiait le joueur convoité pendant plusieurs semaines.

C’est de cette façon qu’il avait pu obtenir Turgeon dans une transaction impliquant Kirk Muller, un autre attaquant qui avait donné ses meilleures années au Canadien.

Des allures de vente à rabais 

Au cours de son règne de cinq ans, Réjean Houle a effectué près d’une quarantaine de transactions. Voici, en ordre chronologique, quelques-unes des plus significatives.

7 novembre 1995

Il envoie Jean-Jacques Daigneault aux Blues contre Pat Jablonski.

6 décembre 1995

Il envoie Patrick Roy et Mike Keane à l’Avalanche contre Jocelyn Thibault, Martin Rucinsky et Andrei Kovalenko.

22 août 1996

Il envoie Lyle Odelein aux Devils contre Stéphane Richer.

29 octobre 1996

Il envoie Pierre Turgeon, Craig Conroy et Rory Fitzpatrick aux Blues contre Shayne Corson, Murray Baron et un choix de 5e tour en 1997 (Gennady Razin, no 122).

13 novembre 1996

Il envoie Donald Brashear aux Canucks contre Jassen Cullimore.

15 janvier 1998

Il envoie Stéphane Richer, Darcy Tucker et David Wilkie au Lightning contre Patrick Poulin, Igor Ulanov et Mick Vukota.

16 novembre 1998

Il envoie Jocelyn Thibault, Dave Manson et Brad Brown aux Blackhawks contre Jeff Hackett, Alain Nasreddine, Eric Weinrich et un choix de 4e tour en 1999 (Chris Dyment, no 97).

10 mars 1999

Il envoie Mark Recchi aux Flyers en retour de Dainius Zubrus, un choix de 6e tour en 2000 (no 172, Scott Selig) et un choix de 2e tour des Flyers en 1999 ou 2000 ou un choix de 2e tour des Islanders en 2000. À la discrétion du Canadien (finalement 1999, Matt Carkner, no 58).

23 mars 1999

Il envoie Vincent Damphousse aux Sharks contre un choix de 5e tour en 1999 (Marc-André Thinel, no 145), un choix de 1er tour en 2000 (Marcel Hossa, no 16) et un choix de 2e tour en 2000 ou 2001. À la discrétion des Sharks (finalement 2001, Kiel McLeod, no 53).

29 mai 1999

Il envoie un choix de 1er tour en 1999 (Branislav Mezei, no 10) aux Islanders contre Trevor Linden.

1er mars 2000

Il envoie Vladimir Malakhov aux Devils contre Sheldon Souray, Josh DeWolf et un choix de 2e tour en 2001 (Andreas Holmqvist, no 61).