Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Impact de Montréal

Saphir Taïder quitte l'Impact

Publié | Mis à jour

On a eu droit à une bombe chez l’Impact de Montréal quand on a appris, mercredi après-midi, que Saphir Taïder était transféré au club saoudien Al Ain pour un montant qui n’a pas été dévoilé.

On comprend que c’est le joueur qui a demandé ce transfert pour des raisons bien plus familiales que sportives.

«Une opportunité s'est présentée et le club a travaillé pour satisfaire le désir de Saphir, ce qui s'est conclu par ce transfert», a indiqué le directeur sportif Olivier Renard dans un communiqué.

Père de quatre jeunes enfants, dont le dernier est né dans les dernières semaines, Taïder n’en pouvait plus de vivre dans une situation intenable où il était séparé de sa famille, une autre conséquence de cette pandémie de COVID-19 qui pourrait se répéter avec d’autres de membres de l’équipe en 2021 si l’équipe à nouveau contrainte de jouer aux États-Unis.

On le sent très sincère dans son mot de départ et il a toujours donné l’impression de bien se plaire à Montréal.

«Je quitte avec le cœur déchiré, car je me sentais vraiment très bien dans ce club et ma famille était très bien dans cette ville. Je vais garder de magnifiques souvenirs», a mentionné Taïder dans le même communiqué.

Espace salarial

Le départ de Taïder donnera des opportunités à d’autres joueurs, dont le jeune Amar Sejdic, qui montre de belles choses depuis une semaine. Il ne serait pas étonnant que ça libère aussi un peu plus d’espace à Victor Wanyama.

Ce transfert libère une place internationale qui s’ajoute à celle réservée à Mustafa Kizza, qui n’a toujours pas rejoint l’équipe.

Joueur désigné qui en était à sa troisième année avec l’Impact. Il restait une année à écouler à son entente avec l’Impact et selon les documents de l’Association des joueurs, il touchait 1,4 million $ l’an passé. En 76 matchs, il a récolté 20 buts et 21 passes.

Taïder a raté les cinq derniers matchs en raison d’une blessure à la cuisse, une période de temps qui a permis à Olivier Renard de manœuvrer et de continuer de mettre ses pions en place pour la saison prochaine.