Canadiens de Montréal

L'agneau sacrifié par Marc Bergevin?

Publié | Mis à jour

Il y a toujours deux côtés à une médaille. 

Si les récentes acquisitions (Allen, Edmundson, Toffoli, Anderson) de Marc Bergevin rendent indéniablement les Canadiens meilleurs, ce genre d’ajouts, dans le monde du sport professionnel, a aussi un prix.     

Le directeur général du CH peut certainement en témoigner à l’heure actuelle. 

En jetant un œil au portrait salarial de l’équipe, on constate qu’en date d’aujourd’hui, les Canadiens disposent d’un espace sous le plafond de... 0 $!

En fait, le Tricolore se retrouve présentement à 353 809 $ au-dessus de la limite de 81,5 millions $ permise par la Ligue nationale de hockey (LNH). Évidemment, Marc Bergevin devra remédier à cette situation avant le début de la prochaine saison. 

Cette «problématique», si elle en est une, a d’ailleurs été le principal sujet de discussion de Renaud Lavoie, mardi, lors de l’émission «Dave Morissette en direct». Voyez l'extrait complet dans la vidéo disponible ci-dessus.

Pour l’informateur de TVA Sports, un joueur de l’édition actuelle des Canadiens est susceptible d’écoper. 

«Quand je regarde la formation du CH en ce moment, je sais que plusieurs personnes placent Paul Byron sur le quatrième trio de l’équipe. Byron touche 3,4 millions $ pour les trois prochaines saisons. Tu ne peux tout simplement pas avoir un joueur de quatrième trio qui coûte aussi cher. 

«Si tu veux garder Gallagher et Danault, il devra y avoir des sacrifices de faits. J’ai discuté avec quelques équipes aujourd’hui et on m’a dit que Byron n’était pas sur le marché des transactions actuellement. Je le crois parfaitement. Éventuellement, par contre, ça risque d’arriver».