Crédit : Aaron Doster-USA TODAY Sports

MLS

Le TFC a le vent en poupe

Publié | Mis à jour

Pendant que les partisans de l’Impact de Montréal espèrent voir leurs favoris participer aux séries de la Major League Soccer (MLS) cette année, ceux du Toronto FC peuvent dormir sur leurs deux oreilles, puisque les «Reds» ont officiellement réglé ce dossier dimanche soir.

Grâce à un gain de 1 à 0 contre le FC Cincinnati, la troupe de l’entraîneur-chef Greg Vanney a assuré sa place en éliminatoires, tout en conservant son emprise sur le sommet de l’Association de l’Est. D’ailleurs, avec une fiche reluisante de 11-2-4 bonne pour 37 points, la formation ontarienne présente le meilleur rendement de tout le circuit Garber, et ce, même si elle est contrainte de disputer ses matchs locaux à Hartford, fermeture de la frontière canado-américaine oblige.

Aussi, rien ne semble arrêter le TFC, auteur de cinq triomphes d’affilée. Le milieu de terrain Jonathan Osorio a sa petite explication quant aux succès des siens.

«Ça montre bien notre mentalité ici, a-t-il dit par le biais de propos rapportés par le quotidien "Toronto Sun". Il y a eu plusieurs obstacles sur le chemin de chaque équipe de la ligue, mais nous avons composé avec ceux-ci de la meilleure façon possible, du début jusqu’à la fin. Les gars ont tellement de caractère et nous y croyons. Nous savons ce que nous pouvons réussir. Nous avons de grandes attentes envers nous-mêmes. Confirmer notre place en séries si hâtivement, avec tout ce qui se passe, constitue un immense accomplissement et cela en dit long sur ce groupe.»

Peu généreux

Sur le terrain, les bonnes performances du TFC se manifestent notamment par une défensive pour le moins étanche qui a concédé deux buts au cours des cinq derniers affrontements. Cet aspect du jeu représente une grande satisfaction pour ses principaux acteurs, dont l’arrière Omar Gonzalez.

«Reste qu’il y a 11 gars sur la surface de jeu et ça commence dans les premiers instants. Vous voyez les joueurs au milieu du terrain se démener en courant. Ils sont impliqués et nous aident tous en effectuant de bons replis défensifs, a-t-il dit en faisant l’éloge de ses coéquipiers évoluant plus à l’avant. Quand nous commettons un revirement, tout le monde travaille pour reprendre le ballon le plus rapidement possible. Nous sommes tous courageux en défendant haut sur la surface, en jouant dans la zone adverse et en essayant de laisser l’autre formation à cet endroit.»

«Je pense que nous sommes très bien organisés. On travaille l’un pour l’autre, notre état d’esprit est bon. Pour toutes ces raisons, on fait bien en défense. Ce n’est pas seulement quatre gars et leur gardien en arrière: c’est nous en tant que groupe.»