Crédit : AFP

Tennis

Roland-Garros: retrouvailles Nadal-Djokovic pour une finale historique

Publié | Mis à jour

Une finale pour l'histoire: le numéro un mondial Novak Djokovic a rejoint Rafael Nadal, déjà sacré 12 fois à Paris, en finale de Roland-Garros en venant à bout du jeune Grec Stefanos Tsitsipas (6e) 6-3, 6-2, 5-7, 4-6, 6-1 en près de quatre heures vendredi.

À 34 ans, Nadal n'est plus qu'à une victoire d'égaler le record de 20 titres du Grand Chelem détenu par Roger Federer. A 33 ans, Djokovic a lui l'occasion de devenir le premier joueur de l'ère Open, et seulement le troisième de l'histoire, après les Australiens Rod Laver et Roy Emerson, à s'offrir au moins deux fois chacun des quatre trophées du Grand Chelem.

Nadal s'est qualifié plus tôt dans la journée aux dépens de l'Argentin Diego Schwartzman (14e) en trois sets de 6-3, 6-3 et 7-6 (0).

Si l'Espagnol jouera sa 13e finale à Roland-Garros, il s'agira de la cinquième sur la terre battue parisienne pour Djokovic, sa première depuis 2016, année de son unique sacre.

Pendant plus de deux heures vendredi, «Djoko» s'est montré implacable et avait la mainmise sur la rencontre. Mais c'est alors qu'il servait pour le gain du match, à 5-4 dans le troisième set, que les choses se sont subitement inversées. Le Serbe s'est bien procuré une balle de match, mais en vain.

Et Tsitsipas (22 ans) s'est enfin emparé du service de Djokovic, à sa 11e occasion, après 2h12 de jeu. Le Grec a alors infligé un 5-0 au numéro un mondial.

Et c'est cette fois Djokovic qui ne parvenait plus à convertir les balles de bris qu'il obtenait : s'il est revenu de 2-0 à 2-1 dans la quatrième manche, il a ensuite laissé filer ses dix occasions suivantes dans ce set, tandis que Tsitsipas en transformait deux sur deux. Si bien que le sixième joueur mondial réussissait à égaliser à deux manches partout.

Le début du set décisif suivait la même dynamique, et Djokovic voyait s'échapper deux nouvelles balles de bris. Mais mené 1-0, il ne s'est pas laissé gagner par la frustration et a empoché les six derniers jeux du match pour finir par s'imposer après 3h45 de combat.

«Je suis resté calme en surface, mais à l'intérieur c'était totalement différent», a reconnu Djokovic.

«Après la perte du troisième set, j'étais toujours là mentalement, je me suis dit que j'avais encore le contrôle du match. Lui jouait bien, mais je suis resté solide, costaud, et j'étais toujours là», a-t-il poursuivi.

Du déjà vu 

Djokovic, en quête d'un 18e sacre en Grand Chelem, jouera dimanche contre Nadal sa 27e finale majeure.

«Ici, c'est évidemment sa maison, a-t-il affirmé à propos du Majorquin. Mais je l'ai battu en 2015 en quarts de finale, a-t-il rappelé. Il faudra que je sois à mon meilleur car jouer contre Nadal à Roland-Garros est probablement le plus grand défi de notre sport. Mais je serai là et je ferai tout pour gagner.»

En venant à bout de Tsitsipas, Djokovic a enregistré sa 36e victoire en 37 matchs en 2020. Le seul qu'il n'a pas gagné, c'est aux Internationaux des États-Unis au début du mois de septembre, quand il a été disqualifié en huitièmes de finale pour avoir, dans un geste d'humeur, frappé une balle qui a atteri directement sur une juge de ligne.

À part ça, le Serbe s'est imposé dans l'ATP Cup avec la Serbie, aux Internationaux d'Australie et à Dubaï avant la pandémie de Covid-19, puis à Cincinnati (délocalisé à New York) et à Rome après la reprise post-confinement.