HKO-HKN-SPO-COLUMBUS-BLUE-JACKES-V-TAMPA-BAY-LIGHTNING---GAME-ON

Crédit : Photo AFP

Canadiens de Montréal

Josh Anderson est comblé

Publié | Mis à jour

Josh Anderson n’a pas encore joué un seul match dans l’uniforme du Canadien, mais il a déjà un riche contrat de sept ans et 38,5 millions en poche. Le gros ailier droit de 26 ans aura l’occasion de s’enraciner pour longtemps à Montréal.

Acquis des Blue Jackets de Columbus en retour du centre Max Domi mardi, Anderson a commenté pour une première fois son entente à long terme avec sa nouvelle équipe. 

«Je suis tellement heureux d’être à Montréal pour les sept prochaines années, a dit Anderson. Pour moi, c’était un choix logique. Je veux faire partie d’une culture gagnante et le Canadien se dirige dans le bon chemin.»

«J’étais ouvert à plusieurs options. Je pouvais devenir un joueur autonome sans compensation à la fin de la prochaine saison. Mais je n’ai pas hésité à dire oui immédiatement à une longue entente. Le Canadien, c’est une franchise réputée dans la LNH et dans le monde. J’ai toujours trouvé ça agréable de jouer à Montréal. Tu as des frissons quand tu rentres dans cet édifice.»

«Comme je le dis, j’aurais pu signer un contrat d’une seule saison et parier sur moi-même en renégociant avec le Canadien à la fin de cette entente, a-t-il enchaîné. Mais le CH croyait aussi en moi. Et je crois aussi en moi.»

Darren Ferris, l’agent d’Anderson et de Max Domi notamment, a décrit les négociations avec Marc Bergevin.

«Avec un contrat à plus long terme, le Canadien a réduit un peu l’impact sur la masse salariale, a précisé Ferris au Journal de Montréal. Je sais qu’on parle beaucoup de cette entente à Montréal. Mais les partisans réaliseront rapidement quel type de joueur est Josh. Il y a peu d’attaquants de puissance comme lui dans la LNH. Les gens vont l’aimer à Montréal.»

Pas peur de la pression 

À son arrivée de l’Arizona pour Montréal au mois de juin 2018, Domi avait rapidement dit qu’il avait hâte de découvrir la réalité d’une grosse ville de hockey. Il avait promis qu’il était pour carburer à cette pression.

Anderson, un grand ami et ancien coéquipier de Domi avec les Knights de London, a tenu un discours pratiquement identique.

«Je sais qu’il y a plusieurs médias à Montréal et que ça peut parfois devenir assez fou, a affirmé Anderson. Je sais toutefois une chose : si tu joues bien, il n’y aura pas de problèmes. Si tu ne joues pas bien, tu en entendras parler. Je n’ai aucun problème avec ça.»

«Je sais aussi qu’il y aura des attentes, a-t-il continué. Quand tu reçois un gros salaire, tu dois produire. J’arriverai à 100% cette année pour la santé et je jouerai mon style. J’ai le sentiment que je cadrerai bien avec cette équipe. Je pourrai être productif.»

Au sujet de la pression, Ferris a offert une anecdote intéressante.

«Je connais Josh et il sera heureux dans une ville où le hockey est une religion, a-t-il répliqué. La mère de Josh a des racines avec la famille de Frank et Peter Mahovlich. Ils connaissent donc bien le Canadien et une ville comme Montréal.»

Une épaule complètement rétablie 

À sa dernière saison à Columbus, Anderson a marqué seulement un but et obtenu seulement quatre points en 26 matchs. Il a passé la grande majorité de la saison à l’infirmerie en raison d’une blessure à une épaule.

En 2018-2019, l’ailier de 6 pi 3 po et 222 lb avait connu la meilleure saison de sa carrière avec 27 buts et 47 points en 82 matchs. Il avait aussi terminé au 19e rang de la LNH avec 214 mises en échec.

Pour ses débuts à Montréal, Anderson a bon espoir de redevenir l’attaquant dominant de la saison 2018-2019.

«Je veux clarifier une chose : j’ai récupéré à 100%. Je suis en santé, je me sens bien. L’an dernier, j’ai subi quelques blessures. Je n’aurais jamais dû revenir aussi rapidement, mais je voulais aider mes coéquipiers. Ce n’était pas une bonne idée. Je me sens confiant. Je suis en santé. Je sais ce que je peux apporter à une équipe. Je sais aussi quoi faire pour aider une équipe à gagner.»