Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

Contrat de SEPT ANS pour Anderson

Publié | Mis à jour

Josh Anderson l’avait dit d’entrée de jeu : il souhaitait s’entendre à long terme avec le Canadien. Son vœu n’a pas tardé à être exaucé.

Au lendemain de son acquisition des Blue Jackets de Columbus, en retour de Max Domi, l’attaquant de 26 ans a apposé sa signature au bas d’un contrat de sept saisons et 38,5 M$.

Au cours de chacune de ces campagnes, l’ailier droit empochera donc une moyenne 5,5 M$.

Ce contrat fait d’Anderson l’attaquant le mieux payé du Canadien en compagnie de Jonathan Drouin. Ils ne tarderont pas à être rejoints et même devancés par Brendan Gallagher, dont l’entente vient à échéance à la fin de la prochaine saison.

À la droite de Suzuki 

Offrir autant d’argent sur une si longue période à un joueur qui revient d’une chirurgie à une épaule, alors que sa spécialité est de distribuer des mises en échec et de décocher des tirs au but, peut paraître un brin risqué.

Mais le directeur général du Canadien a l’habitude de ne rien laisser au hasard. Il a fait ses devoirs. De plus, les médecins de l’équipe ont obtenu tous les documents requis attestant de la santé d’Anderson.

Par contre, ce qui est peut-être un peu plus difficile de prévoir, c’est si Anderson sera en mesure de produire au même rythme qu’à sa dernière saison complète. En 2018-2019, il avait fait bouger les cordages à 27 occasions. Une progression notable après des récoltes de 17 et 19 buts à ses deux premières saisons complètes dans la LNH.

Bergevin a ainsi pris le pari qu’à la droite d’un joueur de centre intelligent et créatif comme Nick Suzuki, et avec du temps de jeu sur l’une des deux unités de supériorité numérique, son nouveau protégé serait en mesure de s’approcher à nouveau du plateau des 30 buts. Et peut-être même de le fracasser.

Et si, par le fait même, Drouin en profite pour débloquer, le DG du Canadien aura fait d’une pierre, deux coups.