Canadiens de Montréal

«Ce n’est pas fini» - Marc Bergevin

Publié | Mis à jour

Alex Galchenyuk, Michael McCarron, Nikita Scherbak, Noah Juulsen, Mikhail Sergachev, Ryan Poehling, Jesperi Kotkaniemi et Cole Caufield. Marc Bergevin a prononcé les noms de ces joueurs au premier tour du repêchage, de 2012 à 2019.

Historiquement, Bergevin n’a jamais échangé son choix de premier tour depuis son arrivée dans le siège de directeur général du Canadien en mai 2012. À la veille du repêchage, le DG du CH a montré lundi une ouverture d’esprit à l’idée de sacrifier son premier droit de parole, le 16e choix au total. Voyez, dans la vidéo ci-dessus, le point de presse complet de Bergevin.

«Échanger mon premier choix pour un joueur d’un certain âge qui aiderait l’équipe à court terme, je n’ai pas d’intérêt pour ça, a dit Bergevin. Mais pour un joueur qui pourrait nous aider pour plusieurs années et faire une différence, je regarderai ça de près.»

Quand on décortique les propos de Bergevin, le CH aura besoin d’une très bonne offre pour se départir du 16e choix au total. Et pour l’instant, cette proposition miracle ne semble pas sur la table.

«Oui, il y a de meilleures chances que nous conservions notre choix que nous l’échangions.»

Bergevin a résumé les tractations pour son premier choix à quelques heures du repêchage de la façon suivante.

«C’est assez discret, même très discret. On m’a posé la question il y a quelque temps (sur le premier choix) et j’ai répondu d’une façon honnête. Je mentirais si je disais qu’il y avait un truc sur la table.»

«Ça ne change pas»

Avant la pandémie de COVID-19, le repêchage devait se dérouler au Centre Bell les 26 et 27 juin. Il y aura finalement un peu d’action à l’intérieur de l’édifice, mais ce sera uniquement pour les hommes de hockey du CH. Il n’y aura pas 31 tables au centre de la patinoire et des centaines d’espoirs dans les gradins en compagnie de leur famille.

Bergevin, son adjoint Trevor Timmins et une poignée de recruteurs se regrouperont dans le vestiaire de l’équipe et dans les bureaux adjacents pour suivre le déroulement du repêchage.

Ce repêchage virtuel ne devrait pas être trop différent des précédents.

«Les difficultés seront plus pour le côté technique avec la LNH, a raconté Bergevin. On a des choix à faire et on les annoncera. Ça ne change pas. Pour le côté humain, il y aura une différence. Quand tu es sur le plancher avec 31 équipes, tu peux te promener. Mais déjà, nous avons fait nos devoirs pour connaître les besoins des autres formations.»

Au cours des dernières semaines, Bergevin a déjà ajouté des morceaux à son casse-tête. Il a fait l’acquisition d’un gardien numéro deux en Jake Allen et il a ajouté un défenseur robuste et d’expérience en Joel Edmundson.

Renfort à l’attaque recherché

Il s’est dit satisfait de son équipe devant le filet et à la ligne bleue, mais il aimerait obtenir du renfort à l’attaque.

«Oui, j’aime l’équipe, a-t-il mentionné. On cherche encore des choses à ajouter ou à améliorer. Ce n’est pas terminé. Il n’y a pas assez de joueurs à l’avant. On a besoin de 14 ou 15 attaquants. J’aimerais ajouter de la profondeur. J’aime nos gardiens avec Carey (Price) et Jake. Mais si on peut s’améliorer à l’avant, on le fera. Et c’est pour ça aussi que j’ai dit que je pouvais écouter pour notre premier choix.»

Le CH a 11 attaquants réguliers avec des contrats. À ce groupe, on ajoute Jake Evans même s’il a une très mince expérience dans la LNH. Bergevin arrivera à 12 une fois qu’il s’entendra avec Max Domi, joueur autonome avec restriction. Domi pourrait aussi servir d’appât dans une transaction même si le DG n’a pas parlé ouvertement de cette possibilité.

Un jeune comme Ryan Poehling se battra aussi pour un poste à Montréal. Mais encore là, ce n’est pas assez. Le CH voudra acquérir un centre d’expérience pour un poste au sein du quatrième trio et probablement un ailier ou deux de plus. Le mot profondeur ne rime pas souvent avec gros noms. Sur le marché des joueurs autonomes, Bergevin ne devrait pas sortir un énorme poisson de l’eau. Même si ça risque de déplaire aux partisans.