Canadiens de Montréal

Repêchage: Timmins dévoile le type de joueurs qu'il visera

Publié | Mis à jour

Pendant quatre ans, cherchant désespérément à améliorer l’avenir de l’équipe à ses deux positions, Trevor Timmins a presque exclusivement repêché des joueurs de centre et des défenseurs. La donne a changé quelque peu l’an dernier et pourrait très bien ne plus être la norme cette année. 

«Nous n’avons aucun besoin urgent. Nous misons maintenant sur de bons espoirs à plusieurs positions», a déclaré lundi le directeur général adjoint du Canadien, rendu disponible par vidéoconférence.

Voyez son point de presse complet dans la vidéo ci-dessus.   

«Nous repêcherons le meilleur joueur disponible à notre rang, celui qui aura le plus beau potentiel. Je n’ai aucune idée si ce sera un défenseur, un centre ou un ailier. Nous devrons attendre notre tour pour le savoir.»

Victime de son succès inattendu

La prédiction aurait été un peu plus facile à faire s’il avait détenu le neuvième choix, comme cela aurait été le cas si le Tricolore n’avait pas éliminé les Penguins lors de la ronde de qualification des dernières séries éliminatoires.

En raison de ce gain inattendu, le Canadien a reculé au 16e rang. Selon plusieurs recruteurs, ce repêchage sera plutôt bien garni.

On parle d’espoirs de grande qualité pour les 10 à 12 premiers rangs. Qu’en est-il du 16e?

«Nous aurons besoin d’aide de la part des autres équipes, a admis Timmins. Nous aurons besoin que certaines d’entre elles repêchent des joueurs que nous ne voulons pas au 16e rang. De cette façon, nous espérons que, quand viendra notre tour, nous pourrons obtenir un joueur que nous avions classé un peu plus haut que 16e sur notre liste.»

Pas pour la saison à venir

Peu importe quel espoir sera toujours disponible si le Canadien garde ce rang de sélection, il ne faudra pas s’attendre à voir l’heureux élu revêtir l’uniforme bleu-blanc-rouge dès la saison prochaine.

«Les chances sont minces. Ça n’arrivera probablement pas, a indiqué Timmins. Mais on ignore quand se tiendra la prochaine saison. Est-ce que ce sera dans un mois, deux mois ou plus tard?»

Le pourcentage d’espoirs repêchés dans la deuxième portion du premier tour qui sont en mesure de faire le saut dans la LNH dès la saison suivante est plutôt faible.

Et quand cela survient, c’est habituellement pour moins qu’une dizaine de rencontres.

L’exemple de Gallagher

Timmins ne sait pas encore à quelle position évolueront le joueur qu’il sélectionnera mardi soir et les 10 qui sont prévus sur sa liste demain. Ce qu’il sait, en revanche, c’est le type d’athlète qu’il appellera depuis le quartier général de l’équipe, au Centre Bell.

À ce sujet, la philosophie des dernières années n’a pas changé. En plus du talent, la force de caractère de chaque espoir a été au cœur de l’évaluation des recruteurs du Canadien.

«Et on ne veut pas simplement des joueurs qui veulent gagner. Tout le monde veut gagner. Ce qu’on veut, ce sont des jeunes qui seront prêts à rouler leurs manches et travailler pour s’améliorer constamment, devenir des pros et nous aider à gagner», a précisé Timmins.

Par chance, le Canadien semble miser sur le prototype parfait de ce à quoi s’attendent ses décideurs.

«Brendan Gallagher est un bon exemple. Combien d’heures et d’efforts met-il pour devenir un meilleur joueur? Il le fait chaque été. Et vous voyez ce que ça donne. On veut trouver des jeunes qui sont prêts à faire le même genre d’effort.»

Le message est clair.