Crédit : Photo d'archives, AFP

LHJMQ

Européens: des négociations qui avancent lentement

Publié | Mis à jour

La patience des équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) est mise à rude épreuve par le gouvernement fédéral, qui tarde à statuer dans le dossier des joueurs internationaux.

Privées d’éléments importants de leur alignement, les formations du circuit Courteau entreprendront la nouvelle saison vendredi sans savoir à quel moment elles pourront compter sur leurs services. Les patineurs européens ne sont pas autorisés à entrer au pays en vertu des restrictions frontalières en vigueur.

Même si c’est la Ligue canadienne de hockey (LCH) qui pilote le dossier, la LHJMQ a eu son mot à dire en envoyant tous les documents nécessaires des quatre provinces dans lesquelles elle opère à l’Agence de la santé publique du Canada.

Longue attente

Le dossier traîne pourtant en longueur depuis plusieurs semaines, et l’impatience commence à se faire sentir chez les dirigeants des clubs de la LHJMQ, seul circuit junior majeur au pays à avoir repris ses activités régulières.

En coulisses, ceux-ci disent ne pas comprendre pourquoi le fédéral tarde à donner son feu vert après avoir autorisé la venue des joueurs étrangers de la Ligue nationale de hockey pour la présentation des séries éliminatoires dans les bulles de Toronto et d’Edmonton, plus tôt cet été.

Un porte-parole de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a assuré dans un échange de courriels avec Le Journal que les pourparlers se poursuivaient. Il s’est toutefois bien gardé de parler d’échéancier. La décision ultime pourrait revenir au ministère de l'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

«L'ASPC travaille actuellement avec la LCH (et ses sous-ligues) sur leurs protocoles de retour au jeu, mais les joueurs internationaux doivent toujours respecter les restrictions frontalières en vigueur. Les discussions se poursuivent et une annonce sera faite quand elles auront porté fruit, en gardant en tête que: la reprise et la poursuite des événements sportifs au Canada doivent être entreprises conformément au plan du Canada visant à atténuer l’importation et la propagation du COVID-19.»

Considérant la quarantaine obligatoire de 14 jours à laquelle les joueurs devront se soumettre en posant les pieds au Canada, ce n’est donc pas avant encore quelques semaines qu’ils sillonneront les glaces de la LHJMQ.