Crédit : AFP

Baseball - MLB

Décision controversée

Publié | Mis à jour

Durant la saison régulière, le gérant des Blue Jays Charlie Montoyo établissait un plan précis avec ses lanceurs et il le suivait à la lettre. Mardi, dans le premier match contre les Rays, il aurait pu utiliser davantage son instinct.

Le partant Matt Schoemaker a été retiré de la rencontre après trois manches de travail et seulement 35 lancers au compteur. Il n’avait accordé que deux coups sûrs aux Rays tout en retirant deux frappeurs sur des prises.

Avec l’étoffe de ses lancers, il aurait pu lancer au moins deux autres manches. Toutefois, Montoyo a décidé de s’en tenir à sa planification.

Selon le plan initial, il voulait donner deux manches à Shoemaker, mais en raison du rendement de son lanceur, il lui en a donné une troisième.

«Ç’a fonctionné comme on l’avait prévu, a souligné l’entraîneur des Jays en conférence de presse. Matt a livré la marchandise et il n’était pas question de le renvoyer en quatrième manche.»

«Avec son boulot et celui de Robbie Ray, le pointage était seulement de 1-0 après six manches. Nous étions encore dans le coup et on avait encore une chance de l’emporter.»

«J’étais heureux d’être dans cette position.»

Shoemaker en voulait plus

Pour ce qui est du principal intéressé, il aurait voulu retourner au monticule pour la quatrième manche.

«Je me sentais super bien physiquement, a souligné Shoemaker. J’aurais voulu continuer même si je connaissais le plan.»

«Pour être honnête, après la troisième manche, je ne pensais pas que c’était terminé pour moi.»

«J’étais prêt à lancer sept, huit et même neuf manches si j’avais été capable. J’ai été un peu surpris par la décision.»

Des fleurs pour Snell

Ce n’est pas seulement ce changement de lanceur qui a coulé les Torontois. Il y a eu aussi la performance du lanceur adverse, Blake Snell.

«Snell est dur à affronter lorsqu’il prend les devants dans le compte, a souligné Montoyo. Ce n’est pas pour rien qu’il a remporté le trophée Cy Young (2018).»

«C’est leur meilleur lanceur et il a beaucoup d’étoffe. On savait que ce serait difficile. Comme frappeur, tu n’as pas beaucoup de marge de manœuvre.»