Crédit : AFP

LNH

Est-ce la fin pour Craig Anderson?

Publié | Mis à jour

Même s’il ne sera pas de retour avec les Sénateurs d’Ottawa la saison prochaine, le vétéran gardien Craig Anderson n’est pas prêt à tirer un trait sur sa carrière dans la Ligue nationale de hockey.

À 39 ans, l’Américain deviendra donc joueur autonome sans compensation le 9 octobre prochain et il espère bien trouver preneur.

«Ces derniers mois, je me suis préparé comme si j’allais jouer, a-t-il indiqué vendredi par visioconférence, selon des propos rapportés par LNH.com. 

«Quand j’ai appris la nouvelle que je ne revenais pas [avec les Sénateurs], je me suis dit que je ferais tout ce qui est possible pour être prêt si on m’appelle. Que je serais au moins prêt à jouer un match ou à prendre part à un camp d’entrainement si j’en avais l’occasion.»

Repêché par les Blackhawks de Chicago au troisième tour [73e au total] à l’encan 2001, Anderson a passé les 10 dernières années de sa carrière avec les Sénateurs. 

Il s’est imposé comme l’un des meilleurs gardiens dans l’histoire de l’organisation, arrivant au premier rang pour le nombre de victoires et au deuxième pour les jeux blancs derrière Patrick Lalime. 

Au cours de son passage à Ottawa, il a enregistré un dossier de 202-168-46, une moyenne de buts alloués de 2,84, un taux d'efficacité de ,914 et 28 blanchissages en 435 matchs.

Ralentissement

Avec l’âge sont évidemment apparus des signes de ralentissement. En effet, lors de la saison 2019-2020, Anderson a obtenu une fiche de 11-17-0-2, un taux d’efficacité de ,902 et une moyenne de buts alloués de 3,25.

Bien conscient de cette réalité, le gardien américain serait ouvert à la possibilité de devenir gardien substitut.

«Je sais que mon corps ne peut pas jouer 70 matchs. Jouer [34 matchs] la saison dernière, c’était un bon nombre.»

L’éventualité de devenir le 37e gardien de la LNH à obtenir 300 victoires, alors qu’il en a présentement 289, l’incite à vouloir poursuivre.

«Le chiffre 300 est là, comme une carotte qu’on balance devant moi», a reconnu Anderson, qui espère bien avoir la chance de franchir ce cap avec une autre équipe.