HKN-HKO-SPO-TAMPA-BAY-LIGHTNING-V-NEW-YORK-ISLANDERS---GAME-SIX

Crédit : AFP

Séries 2020 de la LNH

Cédric Paquette, le «dump truck» du Lightning

Cédric Paquette, le «dump truck» du Lightning

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 23 septembre
Mis à jour 23 septembre

Cédric Paquette est âgé de 27 ans. Il en est à sa septième saison avec le Lightning de Tampa Bay.

Originaire de Gaspé, Paquette reçoit très peu d’attention. Quand il est question des Québécois qui jouent dans la LNH, on ne parle jamais ou très rarement de lui.  

Pourtant, sans faire de bruit, l’ancien de l’Armada de Blainville-Boisbriand fait sa marque et il joue un rôle obscur, mais très important pour le Lightning.

Avant le début de la finale de la Coupe Stanley, notre statisticien Guillaume Villemaire m’a appris quelque chose sur Cédric Paquette et j’en étais stupéfait.

Parmi tous les joueurs sélectionnés au repêchage de la LNH en 2012, Paquette est celui qui a joué le plus de matchs (87) en séries éliminatoires. C’est plus qu’Alex Galchenyuk (32), Filip Forsberg (65), Morgan Rielly (25) et Tom Wilson (77), notamment, qui avaient tous été des choix de premier tour cette année-là. Pour sa part, Paquette avait été choisi au 4e tour, 101e joueur au total. Pas mal !

Au fil des ans, Paquette a gagné et gardé la confiance de son entraîneur-chef Jon Cooper en raison de sa robustesse et de sa fougue. Il frappe fort et souvent.

D’ailleurs, depuis 2014, Paquette se retrouve dans le top 5 pour les joueurs qui ont donné le plus de mises en échec durant les séries éliminatoires.

MENEURS POUR LES MISES EN ÉCHEC EN SÉRIES ÉLIMINATOIRES DEPUIS 2014 

  1. Alexander Ovechkin : 330 
  2. Matt Martin : 318 
  3. Tom Wilson : 299 
  4. Cédric Paquette : 269 
  5. Ryan Reaves : 262  

Cooper l’aime et apprécie son ardeur au travail. D’ailleurs, Paquette est toujours à son affaire ce qui fait le bonheur de son entraîneur-chef.

Avant le match no 3 de la finale de la Coupe Stanley, j’ai parlé de Paquette à Cooper.

Selon lui, Paquette est taillé sur mesure pour les séries éliminatoires et il est très utile au Lightning à ce moment-ci de l’année.

Le no 13 du Lightning joue avec hargne, vigueur et détermination. Il est difficile à déplacer et c’est un adversaire redoutable pour les joueurs de l’autre équipe.

D’ailleurs, Cooper soutient que le surnom de Paquette chez le Lightning est «dump truck» que l’on peut traduire par camion benne en français.

Vous avez maintenant l’image que Paquette projette au sein de sa formation. C’est éloquent et révélateur.

Comme un camion benne, Paquette n’a rien de spectaculaire, mais personne ne peut s’en passer lorsque vient le temps de réaliser de «gros» travaux...