HKO-HKN-SPO-DALLAS-STARS-V-VEGAS-GOLDEN-KNIGHTS

Crédit : AFP

Séries 2020 de la LNH

«Nous avons besoin de plus de la part de Seguin»

Publié | Mis à jour

Miro Heiskanen et John Klingberg se retrouvent au sommet des marqueurs chez les Stars de Dallas. Depuis le début des séries, deux défenseurs transportent donc l’attaque sur leurs épaules.

En théorie, Tyler Seguin devrait servir de moteur offensif aux Stars. Mais ce n’est pas le cas. Après 22 matchs, l’Ontarien a amassé seulement huit points (deux buts, six aides). Il se retrouve au neuvième rang des marqueurs au sein de sa propre équipe.

Seguin n’a pas inscrit son nom sur la feuille de pointage à ses quatre derniers matchs. Il a récolté une seule petite aide à ses 11 dernières sorties. Bref, il se retrouve dans un creux de vague à un bien mauvais moment.

Un joueur parmi d’autres

À la veille du troisième match de la finale contre le Lightning, où c’est l’égalité 1 à 1, Rick Bowness a parlé mardi du rendement de son joueur de centre. Avec sa vaste expérience dans le métier d’entraîneur, Bowness a cherché à l’éloigner des réflecteurs, insistant sur le concept d’équipe.

«Oui, nous avons besoin de plus de la part de Tyler, a dit Bowness. Peu importe les statistiques individuelles de nos joueurs, nous sommes en finale de la coupe Stanley. C’est maintenant un trois de cinq pour savoir qui gagnera. Est-ce que nous avons besoin de plus de sa part? Oui. Est-ce que nous avons besoin de plus de la part de plusieurs autres joueurs? Oui.

«Je sais que Tyler attire l’attention. Ça vient aussi avec son statut comme joueur. Il doit gérer cette situation. Comme entraîneur, j’en veux plus de la part de plusieurs joueurs, pas juste lui. La pression ne repose pas uniquement sur ses épaules, mais sur plusieurs joueurs.»

Juste un but

Malgré son absence de production, Seguin a encore un rôle clé avec les Stars. Depuis le début de la finale, le numéro 91 est au centre du premier trio en compagnie de Jamie Benn et d’Alexander Radulov.

Il a obtenu cinq tirs à ses deux premiers matchs contre Andrei Vasilevskiy et le Lightning. Depuis le début de la finale, Seguin est l’attaquant le plus utilisé par Bowness avec un temps de jeu moyen de 19 min 22 s, soit un peu plus d’une minute que Benn (18:20) et Joe Pavelski (18:05).

Bowness a donc choisi de parier sur son cheval principal à l’attaque même si pour l’instant il n’a aucun retour sur son investissement.

«Il a besoin d’un but, il a besoin d’un gros jeu. Il a obtenu des occasions au dernier match, mais il doit finir ses jeux, a répliqué l’homme de 65 ans. Le travail est là, ça ne fait pas de doute. Il gagne des mises en jeu, il fait attention aux détails. Il a aidé l’équipe à atteindre la finale. Mais quand tu es un marqueur, tu as besoin de marquer. Tu as besoin de ressentir ce sentiment.

«Il sait qu’il est dans une période creuse, a-t-il continué. Je lui rappelle de garder confiance et de se concentrer sur des choses simples. Il finira par débloquer. Il doit juste s’accrocher. Nous sommes en finale de la coupe Stanley, les occasions sont rares. Nous jouons contre une très bonne équipe qui était en finale il y a cinq ans. Le Lightning a aussi appris de son élimination rapide l’an dernier. Tyler aura besoin de se salir le nez.»