Quebec

Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

Gros problème en vue dans la LHJMQ

Publié | Mis à jour

La relance des activités de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) ne se fait pas sans heurts en cette ère pandémique. Cette fois, l’interdiction d’utiliser des joueurs affiliés selon le protocole de retour de Hockey Québec cause tout un casse-tête aux équipes.

On en a eu une démonstration éloquente dimanche quand le Phoenix de Sherbrooke a dû annuler son match prévu contre les Olympiques de Gatineau, faute de ressources suffisantes en raison de blessures et de l’absence des patineurs européens. 

En temps normal, les clubs juniors majeurs rappellent des joueurs dont ils détiennent les droits en provenance des circuits où ils évoluent en permanence, soit le midget AAA, le junior AAA et le hockey collégial. Chaque équipe pouvait garder jusqu’à 24 joueurs pour sa formation régulière 2020-2021.

Les dirigeants sont toutefois limités dans leur gestion de personnel en cas d’un trop grand nombre de blessés, notamment, en raison d’une réglementation de Hockey Canada pour les clubs basés dans les Maritimes et des balises sanitaires du protocole de Hockey Québec pour ceux de la province. Le midget AAA et les autres circuits mineurs sont sous la responsabilité de la fédération provinciale qui est dans la phase 5 de son plan de retour.

Même si les matchs en groupes restreints sont permis dans cette phase, la mise en échec demeure interdite et la distanciation physique doit être respectée en tout temps sur le banc et dans le vestiaire. Ce n’est pas le cas dans la LHJMQ où il n’y a aucune contrainte sur la glace.

En attente de la décision de la Santé publique 

Hockey Québec est en attente de réponses de la Direction de la santé publique pour apporter des modifications à la phase 5 puisque l’organisme ne prévoit pas passer à l’étape suivante avant la mi-octobre.

«Si la Santé publique me dit qu’il n’y a plus de problème pour la distanciation pour un joueur du midget qui s’en va dans la LHJMQ, c’est correct. Quand on a déposé notre plan [à jour], la semaine dernière, on a eu une réponse rapide du ministère, mais on attend encore des réponses, a expliqué le directeur général de Hockey Québec, Paul Ménard, en entrevue téléphonique avec «Le Journal».

«Je ne demande que ça d’envoyer des joueurs dans la LHJMQ, mais ça me prendre un OK. Le banc des joueurs est un problème. On a une superbe entente avec la LHJMQ, mais c’est une question liée à la COVID-19 et avec la Santé publique. Il faut faire en sorte qu’on respecte les règles.»

Dans les Maritimes, tant et aussi longtemps que les ligues mineures ne commenceront pas officiellement leur saison respective, les joueurs qui y sont rattachés ne peuvent pas avoir le statut d’affiliés selon la règlementation de Hockey Canada.

Impatience 

L’entraîneur et directeur général du Phoenix, Stéphane Julien, craint d’ailleurs être obligé de rayer une autre partie du calendrier préparatoire si la situation n’est pas réglée dans les prochains jours.

«Si Hockey Québec et la LHJMQ ne s’entendent pas pour modifier ce règlement, cette semaine, je ne vois pas comment on pourrait disputer notre prochain match samedi [le 19 septembre]», a-t-il déploré à «La Tribune».

Son homologue chez les Remparts de Québec, Patrick Roy, a soulevé des interrogations semblables.

«J’imagine que la ligue travaille fort dans ce dossier. [...] Une des questions que j’ai posées, c’est ce qui arrivera si nos Euros ne rentrent pas dans un délai [rapproché], car on a fait l’équipe en fonction qu’ils seraient dans l’équipe. Selon eux [la ligue], on serait capable d’amener des joueurs en conséquence, mais on doit tous s’adapter dans cette situation et faut être créatif. Et il faudra que la ligue le soit tout autant», mentionnait-il dimanche à l’issue d’une défaite de 4 à 1 de sa troupe contre les Cataractes de Shawinigan.