Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

LNH

Une confiance aveugle en BriseBois

Publié | Mis à jour

Il y a dix ans, Jon Cooper et Julien BriseBois faisaient leur entrée en même temps dans l’organisation du Lightning. Le premier comme entraîneur-chef des Admirals de Norfolk, le second comme directeur général de cette formation de la Ligue américaine, club-école du Lightning.

Cooper est donc bien placé pour vanter la candidature du Longueuillois de 43 ans, mis en nomination pour le trophée Jim-Gregory, remis au directeur général de l’année.

«Quand tu occupes un poste comme celui-là, tu ne peux pas être à cheval sur la clôture, a déclaré l’entraîneur du Lightning. Tu dois prendre des décisions difficiles. C’est exactement ce que Julien fait. Il prend des décisions et il le fait en connaissance de cause. Il est toujours bien informé et ses décisions sont toujours calculées.»

Transactions audacieuses

Au cours de l’été 2019, BriseBois a mis la main, via le marché des joueurs autonomes, sur les défenseurs Kevin Shattenkirk et Luke Schenn de même que sur l’attaquant Patrick Maroon.

À la date limite des transactions, il n’a pas hésité à sacrifier des choix de premier tour pour amener Barclay Goodrow et Blake Coleman en Floride. On parle de deux joueurs dont les contrats arrivent à échéance à la fin des séries.

«J’ai confiance en tout ce qu’il fait. Et comme vous pouvez le constater, les décisions qu’il a prises depuis qu’il occupe le poste de directeur général ont été les bonnes.»

C’est vendredi que la LNH annoncera le gagnant de ce prix. BriseBois est finaliste en compagnie de Jim Nill, des Stars, et de Lou Lamoriello, des Islanders.