Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Jour d'anniversaire d'une transaction payante

Publié | Mis à jour

Avec l’émergence de Nick Suzuki et l’excellente production de Tomas Tatar au cours des deux dernières saisons, le directeur général du Canadien de Montréal, Marc Bergevin, ne regrette certainement pas d’avoir échangé Max Pacioretty, le 10 septembre 2018. 

Or, les Golden Knights de Vegas ont également trouvé leur compte dans cette transaction.

Pacioretty, 31 ans, rend de fiers services aux Golden Knights depuis son arrivée au Nevada. Si bien que l’entraîneur-chef Peter DeBoer a noté l’apport de l’ancien capitaine du Tricolore depuis le début des présentes séries.

«Nous sommes une équipe différente quand Pacioretty est en santé», disait-il, au terme du triomphe des Knights face aux Blackhawks de Chicago lors des quarts de finale de l’Association de l’Ouest.

Crédit photo : Photo AFP

Depuis, Pacioretty continue de bien faire avec Las Vegas, lui qui compte huit points, dont cinq buts, en 13 matchs (avant la rencontre de jeudi) depuis le début des éliminatoires. 

Ultimement, les Golden Knights ont toujours l’occasion de soulever la prochaine coupe Stanley.

Pacioretty avait précédemment conclu la saison régulière avec 66 points en 71 matchs, dépassant le plateau des 30 buts pour la sixième fois de sa carrière.

Une question de contrat

Pour bien évaluer la transaction conclue il y a deux ans, il importe de rappeler que Pacioretty cherchait toujours à prolonger son contrat avec le CH avant d’être échangé. 

Bergevin avait ainsi permis une fenêtre de six heures au cours de laquelle son homologue George McPhee pouvait négocier avec l’agent Allan Walsh. Résultat : Pacioretty a immédiatement signé un lucratif contrat de quatre ans et de 28 millions $ avec Vegas en marge de cette transaction. Il est ainsi associé aux Golden Knights jusqu’en 2023.

En demeurant à Montréal, Pacioretty aurait très bien pu devenir joueur autonome sans compensation au terme de la saison 2018-2019.

Crédit photo : AFP

Dans l’échange, le CH a obtenu Tatar, Suzuki, mais aussi un choix de deuxième ronde au repêchage de 2019. Ce dernier a finalement été envoyé aux Kings de Los Angeles en retour d’une sélection de troisième tour et d’un choix de cinquième ronde. 

Le CH en a profité pour appeler les défenseurs Mattias Norlinder et Jacob Leguerrier.

Si Suzuki est désormais perçu comme une future vedette, Tatar, lui, pourrait devenir joueur autonome sans compensation au terme de la prochaine campagne.