Crédit : AFP

NFL

Roethlisberger va «trembler comme une feuille»

Publié | Mis à jour

Même s’il est un vétéran de longue date dans la NFL, le quart-arrière des Steelers de Pittsburgh Ben Roethlisberger ne cache pas qu’il a des papillons dans l’estomac à quelques jours du début de la saison 2020.

Le match de lundi contre les Giants de New York sera le premier du joueur de 38 ans depuis pratiquement un an. 

Sa plus récente sortie remonte au 15 septembre 2019, puisqu’il a manqué les 14 dernières parties de la campagne 2019 en raison d’une blessure au coude droit ayant nécessité une opération.

Aussi, le pivot n’a pu reprendre de bonnes sensations en situation de match, car le calendrier préparatoire a été annulé. Il est donc un peu nerveux à l’idée de sauter sur le terrain du MetLife Stadium la semaine prochaine.

«Je suis sûr que ce sentiment va s’intensifier à mesure que les jours s’écouleront d’ici lundi, a-t-il dit au site officiel des Steelers. Je vais trembler comme une feuille. [...] Aujourd’hui [mercredi], en conduisant pour traverser le pont, je me disais que je suis déjà nerveux même si la saison n’est pas commencée. 

«Vous avez toujours un peu de fébrilité avant le premier match de l’année, mais selon ma façon de sentir les choses maintenant, c’est comme si j’avais attendu longuement.»

Roethlisberger ne croit pas qu'il sera à son mieux dans les premiers instants de la rencontre.

«Il y aura de la rouille, c’est certain. Espérons que je pourrai l’éliminer plus tôt que tard. Mais c’est ce qui rend le tout plaisant. Si je n’étais pas énervé, je ne devrais pas être dans la ligue. Si vous ne ressentez pas cela, c’est que vous n’aimez pas votre sport. Donc, cela montre que j’adore toujours le football et que je suis passionné.»

Nouveaux coéquipiers

Une nouvelle saison signifie de nouveaux visages à connaître au sein de l’équipe et «Big Ben» sait qu’il devra assurer une bonne chimie entre ses coéquipiers en attaque. Cependant, avant de se soucier des autres, il aura à être en contrôle de lui-même.

«Je me préoccupe davantage de moi-même comparativement aux autres. Je dois me ménager en tant que quart-arrière, c’est-à-dire le gars qui tient le ballon sur chaque jeu. 

«Je dois m’assurer qu’on fasse le jeu approprié et ne pas essayer d’en faire trop. Ce sera à moi d’être en pleine maîtrise, puis d’aider les plus jeunes», a-t-il indiqué.