Crédit : Dominic Chan / Agence QMI

LHJMQ

Tourigny : «Je suis convaincu que ça va avoir lieu»

Publié | Mis à jour

Fraîchement de retour dans ses bureaux de la place TD d’Ottawa après quelques semaines de vacances, André Tourigny jettera un œil très attentif à la relance des activités de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) en raison de ses multiples chapeaux.

Entraîneur-chef et vice-président aux opérations hockey des 67’s d’Ottawa de la Ligue de l’Ontario (OHL), Tourigny ne cache pas qu’il envie ses homologues québécois, qui ont amorcé leur camp d’entraînement avec leur équipe respective au cours des derniers jours. Le calendrier régulier s’amorcera le 1er octobre.

Il est d’ailleurs impatient de voir comment le début de saison se déroulera avec la menace d’éclosions de la COVID-19 en dépit des mesures sanitaires strictes imposées aux joueurs et aux membres du personnel ainsi que dans les amphithéâtres à travers la LHJMQ. 

En Ontario et dans l’Ouest, la saison du hockey junior doit s’enclencher au début décembre.

Réalité différente

«C’est le fun que le hockey soit recommencé au Québec. Le fait qu’il n’y ait pas de clubs américains contrairement à l’Ontario et à l’Ouest, ça aide la cause. 

«La LHJMQ a eu l’audace et a montré beaucoup de leadership pour prendre les moyens pour recommencer rapidement.»

«On va porter une attention très spéciale à ce qui se passe. Comme je l’ai dit, la réalité est différente de la nôtre alors qu’on a trois équipes américaines. 

«On aura les mêmes défis qu’au Québec [pour réduire les risques de contamination], mais pour nous, l’aspect américain, c’est notre plus grosse barrière», a commenté Tourigny en entretien téléphonique avec Le Journal.

Le retour au jeu hâtif dans la LHJMQ permettra aussi au pilote d’Équipe Canada junior d’obtenir une meilleure évaluation des candidats susceptibles de participer au camp final d’évaluation à la mi-décembre.

Sans dire que les hockeyeurs du circuit Courteau bénéficieront d’un traitement de faveur lorsque viendra le temps d’envoyer les cartons d’invitation, ils auront tout de même l’avantage d’avoir disputé deux mois de hockey compétitif après une pause forcée de plus de cinq mois.

«On aura la chance d’aller voir jouer les joueurs de la LHJMQ, alors que pour la OHL et la WHL, on va se fier beaucoup au passé et, espérons-le, à leur participation aux camps de la LNH», a expliqué Tourigny.

Un avantage pour les joueurs?

Et comme des joueurs viennent brouiller les cartes des dirigeants de la formation canadienne chaque année après un début de saison inattendu, la porte semble grande ouverte pour les joueurs évoluant au Québec et dans les Maritimes. 

L’an dernier, Dawson Mercer, alors avec les Voltigeurs de Drummondville, avait reçu une invitation pour l’étape ultime après avoir notamment brillé à la Série Canada-Russie. Mercer avait ensuite été choisi dans l’équipe.

«C’est très positif pour la LHJMQ. En plus, ces joueurs auront le rythme [sur la glace]. Ça ne garantit pas le succès à savoir s’ils feront ou non l’équipe, mais on en a parlé [les dirigeants] et on a hâte de voir l’impact que ça aura», a reconnu Tourigny, qui a remporté l’or dans le rôle d’adjoint l’an dernier en République tchèque.

Crédit photo : Photo d'archives, Agence QMI

Mondial junior : en confiance

Tourigny a attendu longtemps avant d’être nommé à la barre de la formation canadienne des moins de 20 ans. Malgré la crise sanitaire qui continue de faire rage, le pilote québécois est persuadé que le rendez-vous annuel du temps des Fêtes aura lieu comme prévu.

Le prochain Mondial junior est prévu du 26 décembre au 5 janvier, à Edmonton et à Red Deer, en Alberta, dans un contexte qui s’annonce particulier.

Lundi, le président de la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG), René Fasel, a révélé que le tournoi, s’il a lieu, se tiendrait à huis clos, une information qui a toutefois été démentie mardi par Hockey Canada, qui organise l’événement.

«Présentement, aucun changement n’a été apporté au modèle traditionnel d’accueil du Championnat mondial junior 2021 de l’IIHF à Edmonton et Red Deer, Alb. Hockey Canada continue de communiquer sur une base quotidienne avec l’IIHF, les communautés hôtes d’Edmonton et de Red Deer et les autorités de la santé concernées pour examiner toutes les options d’accueil du Championnat mondial junior en décembre et janvier», pouvait-on lire dans une déclaration officielle. La FIHG analysera la situation de tous ses tournois dans les prochaines semaines.

«Je suis convaincu que ça va avoir lieu. Avec la bulle [de la LNH] à Edmonton, je ne verrais pas pourquoi ce ne serait pas possible pour nous. Quant aux équipes étrangères, ce n’est pas différent des joueurs étrangers dans la LNH. 

«Il y a moyen d’amener les équipes sur un seul transport, les mettre en quarantaine, bref, on va prendre beaucoup de précautions», a enchaîné Tourigny.

La présentation du tournoi à huis clos engendrerait d’importantes pertes financières pour les organisateurs qui comptent sur la vente de billets pour remplir leurs coffres. 

En 2012, à Edmonton et à Calgary, plus de 571 000 amateurs avaient assisté à l’événement, un record.