Crédit : AFP

Séries 2020 de la LNH

Un futur gagnant du trophée Norris?

Publié | Mis à jour

Depuis son arrivée à Las Vegas en 2017, le défenseur des Golden Knights Shea Theodore a semblé s’améliorer chaque année. Selon son entraîneur et ses coéquipiers, le brio du jeune joueur pourrait rapidement mener à une conquête du trophée James-Norris.

«Je crois que Shea Theodore est évidemment en train de devenir un défenseur du calibre du trophée Norris. Il fait de gros jeux pour nous offensivement», a indiqué mardi en conférence de presse l’attaquant Mark Stone. 

L’une des excellentes acquisitions du directeur général George McPhee au repêchage d’expansion de 2017, Theodore a connu des saisons de 29 et 37 points. En 2019-2020, il a été encore plus loin en récoltant 46 points en 71 rencontres, montrant aussi un bon différentiel de +12.

«Je crois qu’il fait partie de la conversation cette année. Et je suis certain qu’il sera dans la discussion pour l’année prochaine et les années à venir», a admis l’entraîneur-chef Peter DeBoer à propos du trophée Norris.

Cependant, Theodore devra attendre au moins un an pour mettre la main sur cet honneur, puisque les finalistes en 2019-2020 sont Victor Hedman (Lightning de Tampa Bay), Roman Josi (Predators de Nasville) et John Carlson (Capitals de Washington).

Encore meilleur quand ça compte 

Avant les matchs de mardi, le joueur de 25 ans occupait le deuxième rang des pointeurs chez les arrières du circuit en séries. Ses 14 points en 12 matchs ne sont surpassés que par les 18 obtenus par Miro Heiskanen, des Stars de Dallas. Il mène toutefois pour les buts (4) et les tirs au filet (49).

Depuis son arrivée avec les Golden Knights, il a récolté 32 points en seulement 39 rencontres éliminatoires, un rendement incroyable pour un défenseur.

Coéquipier de Theodore à la ligne bleue, Jon Merrill croit que tout cela est une question de confiance, un aspect que l’ancien choix de premier tour des Ducks d’Anaheim maîtrise de mieux en mieux.

«Dans tous les sports, c’est la confiance qui a un impact sur vos performances, et je crois qu’on commence à voir que la sienne a augmenté lors des dernières années. Il tourne à plein régime en ce moment et c’est vraiment amusant à voir», a vanté Merrill.

Serait-ce l’effet DeBoer? Après tout, le pilote ontarien entraînait jusqu’à tout récemment les Sharks de San Jose, qui comptent sur Erik Karlsson et Brent Burns, deux anciens vainqueurs du Norris.

«Je ne peux parler du passé parce que je ne le côtoie que depuis que j’ai eu le poste [en janvier] et depuis le jour 1, ce que je vois, c’est un défenseur élite, a mentionné DeBoer à propos de Theodore. Dès le jour où je suis arrivé, il était à ce niveau.»