Canadiens de Montréal

Lafleur élogieux envers Kotkaniemi et Suzuki

Publié | Mis à jour

Guy Lafleur ne s’est jamais caché pour dire ce qu’il pensait franchement du Canadien. Ses déclarations acerbes comme celle voulant que le Tricolore mise sur «quatre quatrièmes trios» ont fait époque. Or, le hockey dans la bulle a redonné espoir au Démon blond.

«Ç’a fait changement d’avoir du sport à la télé. Ç’a fait oublier la COVID-19. J’ai été surpris du calibre puisque les joueurs n’avaient pas eu beaucoup de temps pour s’entraîner. C’étaient de bons matchs, intenses», a-t-il lancé en marge du Tournoi de golf Jonathan Drouin, tenu au profit de la Fondation du CHUM. 

Voyez les commentaires de Guy Lafleur dans la vidéo ci-dessus.

L’ancienne gloire du hockey s’est dite enchantée par ce qu’elle a vu du Tricolore au cours des séries éliminatoires. Comme tous les partisans de l’équipe, les performances des jeunes joueurs de centre du Canadien ont retenu son attention.

«Il y a beaucoup de talent. C’est très prometteur pour l’organisation, a indiqué Lafleur. Jesperi Kotkaniemi est arrivé en super forme. Il a démontré qu’il voulait prendre sa place. Ce sera vraiment bon pour les saisons futures. Nick Suzuki a très bien joué, Jonathan [Drouin] également.»

Ambassadeur pour le CHUM 

Le légendaire numéro 10 a foulé les allées du club de golf Le Mirage en tant que nouvel ambassadeur de la Fondation du CHUM. Une association qui allait de soi, selon le gagnant de cinq coupes Stanley.

«Redonner à la société quand tu reçois, ç’a toujours fait partie de ma vie. C’est une belle occasion de rejoindre tous les autres ambassadeurs du CHUM et de pouvoir amasser la plus grosse somme possible pour que les gens puissent avoir une meilleure qualité de vie.»

Il faut dire que Lafleur n’a pas été épargné au cours de la dernière année. Deux mois après avoir subi un quadruple pontage coronarien, en septembre 2019, il a dû se faire retirer le lobe supérieur d’un poumon à la suite de la découverte d’un cancer.

Rétablissement 

Presque un an plus tard, l’homme de 68 ans semble de nouveau solide.

Assez pour attendre impatiemment que Transports Canada lui permette de piloter de nouveau son hélicoptère.

«J’ai encore un peu le souffle court, mais ça va de mieux en mieux. Je suis très heureux, a-t-il soutenu. Je suis chanceux qu’on ait découvert ces malaises que j’avais au cœur et aux poumons. J’apprécie énormément ce que le CHUM a fait pour moi.»