Crédit : AFP

NFL

Le propriétaire des Cowboys exaspéré

Publié | Mis à jour

Encore cette année, les Cowboys de Dallas ont plié l’échine au deuxième tour éliminatoire de la NFL, une étape qu’ils sont incapables de franchir depuis près de trois décennies, et la frustration a envahi leur propriétaire, Jerry Jones.

Ce dernier a vu sa formation s’incliner 19 à 12 devant les 49ers de San Francisco, dimanche. Ainsi, pour une deuxième campagne d’affilée, elle a gâché une saison régulière de 12 victoires par une élimination aux mains des Niners; seule consolation pour Jones, c’est que les «Boys» ont cette fois remporté un duel de premier tour avant de plier bagage.

En revanche, il reste que l’homme d’affaires s’attendait à mieux. Certains observateurs ont évoqué un possible congédiement de l’entraîneur-chef Mike McCarthy, mais celui occupant également le poste de directeur général a écarté tout changement de garde pour le moment.

«Non, non, non, pas du tout, a-t-il répondu, tel que rapporté par le magazine "Sports Illustrated", quant à l’éventualité de limoger le pilote d’expérience. Et notre décision de continuer avec le botteur [Brett Maher] a été validée avec son placement, selon moi. Je suis fier de lui, sauf que c’est franchement décevant de ne pas avoir gagné ce soir.»

«Je n’ai pas à analyser les avantages et les désavantages, mais j’ai beaucoup plus qu’une partie éliminatoire pour évaluer Mike McCarthy», avait-il aussi affirmé à la chaîne radiophonique 103,5 The Fan quelques jours auparavant.

Les meilleurs ne se sont pas levés

Néanmoins, il y a des joueurs qui devront bien réfléchir sur les éléments à améliorer. Maher a encore été erratique, dimanche, sauf qu’il n’est pas le seul fautif. Le demi Ezekiel Elliott a été limité à 26 verges au sol, tandis que le quart Dak Prescott a éprouvé des ennuis en vertu de gains de 206 verges par la voie des airs, un touché et deux interceptions.

«Si j’avais les réponses, nous aurions gagné. C’est trop tôt pour finir l’année, a-t-il déploré. C’est triste de nous retrouver à 365 jours de revenir au même point. Par contre, il faut prendre un jour et une étape à la fois. C’est ce que je ferai. 

«Je sais ce que je suis et je répondrai de la façon adéquate. Comme je l’ai dit, quand cette formation sera en bon ordre et que les joueurs et les instructeurs seront de retour, nous effectuerons le nécessaire pour retourner là et cette fois l’emporter.»