Crédit : AFP

LNH

Panthers: Paul Maurice ignorait que l'équipe avait cédé son premier choix au CH

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL - Des 32 entraîneurs-chefs de la LNH, Paul Maurice est l’un des plus généreux et intéressants avec les médias. L’homme de 55 ans a un don de décortiquer son sport avec des mots simples, mais clairs et précis.

À quelques heures d’un autre important match pour les Panthers, une équipe qui désire à tout prix grimper au classement de l’Association de l’Est, Maurice a raconté jeudi qu’il écrit toujours les noms de la formation adverse sur un tableau qu’il place dans le vestiaire, mais aussi ceux des joueurs blessés.

«Je ne me contente pas d’indiquer la formation partante. Je veux aussi savoir qui ne jouera pas, a raconté l’entraîneur-chef des Panthers. Tu ne sais jamais ce qui peut arriver avec une équipe. Au retour des blessés, il y a des joueurs qui pourraient ne plus avoir de place dans cette équipe et passer par le ballottage. Tu gardes toujours un œil ouvert.»

Sur le petit tableau dans le minuscule vestiaire de l’équipe adverse au Centre Bell, Maurice avait bien écrit une formation à 11 attaquants et sept défenseurs pour le Canadien. On y voyait aussi les nombreux absents avec Jake Evans, Juraj Slafkovsky, Sean Monahan, Joel Armia, Jonathan Drouin, Jake Allen et même Paul Byron, qui n’a toujours pas joué cette saison.

Les Panthers avaient également fait une coquille dans le nom de famille de Xhekaj. Il y avait deux «H» sur le tableau pour Xhehaj. Mais dans un avenir assez rapproché, on ne fera plus d’erreur avec le nom du numéro 72.

Nouveau départ

Malgré la conquête du trophée des Présidents (décerné à l’équipe qui termine au sommet du classement général), Bill Zito a congédié Andrew Brunette après l’élimination de l’équipe au deuxième tour des séries face au Lightning de Tampa Bay pour le remplacer par un homme d’expérience en Maurice.

«L’an dernier, c’était l’an dernier, a dit le capitaine Aleksander Barkov. C’est fini. Nous avons plusieurs nouveaux visages au sein de l’équipe, mais aussi de l’organisation. Il y a un nouveau système en place, un nouvel entraîneur-chef. Il y a beaucoup de nouveautés. Nous voulons construire un nouveau chapitre. Mais ça prend du temps pour s’ajuster. Je trouve que dernièrement, nous jouons beaucoup mieux.»

Zito, le directeur général des Panthers, a sacrifié son choix de premier tour pour le repêchage de 2023 en l’échangeant l’an dernier au Canadien dans un pacte pour le défenseur Ben Chiarot.

Les Panthers n’ont pas protégé ce choix dans la transaction. Le CH pourrait donc se retrouver avec un très bon choix à l’encan de 2023 si jamais l’équipe floridienne ne participe pas aux séries. Dans un scénario de rêve pour Kent Hughes, mais catastrophique pour Zito, le Tricolore pourrait gagner à la loterie avec le choix des Panthers.

Un mensonge blanc

À sa première saison derrière le banc des Panthers, Maurice a maintenant la devoir de replacer son équipe dans la course aux séries. Questionné à savoir s’il ressentait une plus grande pression, son équipe n’ayant pas son choix de premier tour, le sympathique entraîneur a probablement joué la comédie.

«Tu viens de m’informer que nous n’avons pas notre choix de premier tour en 2023, a-t-il répliqué. Ce n’est pas ma responsabilité. Mais j’ai déjà entendu dire que la valeur d’un choix de premier tour après le 23e rang n’est pas plus élevée que bien d’autres choix.»

«Un choix de premier tour reste formidable pour une organisation, mais aussi les partisans. Il y a de jeunes espoirs qui peuvent changer le visage d’une équipe rapidement. Mais ils sont rares. Souvent, tu dois attendre quatre ans avant d’obtenir des résultats avec un choix de premier tour. Les entraîneurs n’y consacrent donc pas trop d’énergie. Dans une ville comme Montréal, vous pourrez sortir des rapports de recruteurs pour les 15 meilleurs choix du prochain repêchage.»

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Une amende pour Maurice

La Ligue nationale de hockey a pénalisé Paul Maurice pour ses commentaires de mardi en lui décernant une amende de 25 000 $, jeudi.

Le pilote des Panthers de la Floride avait jugé l’arbitrage inégal lors du duel contre les Maple Leafs de Toronto, que les siens ont perdu 5 à 4 en prolongation. Maurice en avait long à dire aux arbitres québécois Pierre Lambert et François St-Laurent, dont l’arbitrage n’a pas été «très amical» selon lui.

Les Panthers se sont défendus pendant sept infériorités numériques pendant cette rencontre et un tir de pénalité a été accordé à William Nylander en troisième période.

C’est d’ailleurs la deuxième amende que Maurice doit payer pour des commentaires à l’endroit de St-Laurent. En 2016, lorsqu’il était à la barre des Jets de Winnipeg, l’entraîneur avait dû débourser 5000 $ après avoir été chassé d’un match par l’officiel.

- Agence QMI