Crédit : Getty Images via AFP

LNH

Paul Maurice ne porte pas un arbitre québécois dans son cœur

Publié | Mis à jour

Les Panthers de la Floride débarqueront au Centre Bell pour la première fois de la saison, jeudi, et leur instructeur-chef Paul Maurice souhaite oublier sa plus récente mésaventure avec l’arbitre François St-Laurent.

Comme quelques médias floridiens, dont le quotidien «Miami Herald» l’ont rappelé après la défaite de 5 à 4 en prolongation encaissée aux mains des Maple Leafs de Toronto mardi, les deux hommes semblent entretenir une relation plutôt acrimonieuse depuis quelques années. Et le match tenu dans la Ville Reine n’a pas contribué à un rapprochement entre les parties concernées.

Effectivement, Maurice a critiqué le travail du Québécois devant les journalistes durant son point de presse. Visiblement, il n’a guère apprécié le tir de punition accordé à William Nylander en troisième période, pas plus que les sept avantages numériques offerts aux Leafs.

«Je suis fier de nos gars ce soir [mardi]. La Ligue nationale nous a envoyés sur la côte ouest, puis nous a ramenés à la maison pour ensuite nous imposer au calendrier un autre voyage avec notamment une séquence de deux parties en autant de soirs. Puis, elle a placé devant ces deux gars-là», a-t-il déclaré en évoquant les officiels Pierre Lambert et St-Laurent.

«Je ne sais pas ce qu’ils faisaient ce soir, mais clairement, il ne s’agissait pas d’un arbitrage très amical à l’égard des Panthers», a-t-il aussi mentionné.

L’instructeur furieux

Maurice est sorti de ses gonds tard au deuxième vingt quand les siens menaient 4 à 2. Son défenseur Radko Gudas a écopé d’une pénalité pour assaut lorsqu’il a plaqué Zach Aston-Reese au moment où celui-ci se dirigeait vers le filet des Panthers. Toronto a capitalisé sur son attaque massive avec 2,1 secondes à écouler à l’engagement.

«Pendant une joute, il y aura toujours des punitions méritées et d’autres que vous n’aimerez pas du tout. J’estime que nous avons reçu un nombre inhabituel de celles-ci, a considéré le pilote. Normalement, les arguments suffisent. Mais ici, Radko Gudas a effectué un contact légal. Les bâtons des deux joueurs se trouvaient à la même hauteur. Les gars étaient côte à côte. Un assaut? Ils se dirigeaient au même endroit. Je n’ai pas de problème avec le fait de foncer vers le filet. C’est le hockey.»

Ainsi, Maurice pourrait payer une amende comme ce fut le cas en 2016 lorsqu’il était à la barre des Jets de Winnipeg. Il avait dû débourser 5000 $ pour avoir enguirlandé St-Laurent lors d’un duel face au Lightning de Tampa Bay. Son protégé Bryan Little avait été ébranlé par Anton Stralman et Blake Wheeler s’était ensuite porté à la défense de la victime; St-Laurent avait puni seulement Wheeler, soulevant l’ire de l’entraîneur-chef qui a été chassé de la partie. À l’époque, certains médias, dont ESPN, ont rapporté que l’officiel riait au visage de Maurice quand il l’a expulsé.