LNH

«Je ferai tout pour te garder à Winnipeg»

Publié | Mis à jour

À court terme, la mission de Rick Bowness est de faire des Jets de Winnipeg une équipe gagnante pour plusieurs saisons. Ce succès passe par un mélange équilibré de vétérans et de jeunes.

Pierre-Luc Dubois joue un rôle crucial dans l’échiquier et son entraîneur-chef lui a fait savoir dès la première discussion qu’ils ont eue.

Voyez les propos de l'entraîneur-chef Rick Bowness dans la vidéo, ci-dessus.

«Quand j’ai obtenu le poste, je lui ai dit "je ferai tout pour te garder à Winnipeg". Je lui ai dit ça en juillet ou en août, lorsque je l’ai appelé», a raconté l'instructeur lors de son point de presse avant le match face aux Canadiens de Montréal.

Bowness est toutefois conscient qu’il n’aura pas le dernier mot - ni l’organisation - dans la décision que prendra le Québécois. Le marqueur de 20 buts est en voie de devenir joueur autonome avec compensation pour la dernière fois de sa carrière.

Le nom de Dubois a été lié aux Canadiens depuis le repêchage de 2016, lorsque les Blue Jackets de Columbus en ont fait le troisième choix au total. Le directeur général du CH de l’époque, Marc Bergevin, le voyait dans sa soupe.

Il serait lui-même intéressé à jouer à Montréal, de l’avis de plusieurs. Son agent Pat Brisson a fait cette confidence à TVA Sports, l’été dernier, lorsque son client était en attente d’un nouveau contrat.

«Le temps nous le dira, prévient Bowness. C’est hors de mon contrôle. Il fera ce qu’il voudra et ce qui est mieux pour sa carrière. Je lui ai dit que je voudrais le voir avec les Jets pour longtemps et que "je ferai tout pour te garder dans l’uniforme des Jets de Winnipeg".» 

Ce que Bowness peut contrôler, c’est l’enseignement. Il a travaillé avec Dubois pour qu’il améliore certaines facettes de son jeu.

«Il s’est amélioré dès le jour 1 du camp d’entraînement. Il est meilleur des deux côtés de la patinoire. C’est sa force. Être meilleur défensivement l’a aidé sur le plan offensif. Il fait du bon travail dans notre territoire et il est difficile à affronter.»