LNH

William Carrier embrasse son nouveau rôle

Publié | Mis à jour

Le Québécois William Carrier profite pleinement de la confiance de son entraîneur-chef pour retrouver ses instincts offensifs. 

Il a réussi le premier doublé de sa carrière, mercredi à Las Vegas, dans un gain de 4 à 1 de ses Golden Knights contre les Sénateurs.

Carrier a maintenant accumulé sept filets et 10 points en 21 rencontres, laissant entrevoir sa meilleure saison offensive s’il parvient à conserver le rythme. En sept saisons dans la Ligue nationale de hockey (LNH), il n’a en effet jamais fait mieux que neuf buts et 20 points. C’était l’année dernière.

«C’est un joueur spécial, a commenté le pilote Bruce Cassidy après la victoire. C’était bien pour lui. Il fait des jeux récemment, mais n’a pas marqué depuis un moment. Il tentait de faire des jeux pour [ses coéquipiers]. Il est récompensé pour son travail.»

Depuis qu’il a fait sa place dans la LNH avec les Sabres de Buffalo en 2016-2017, le Montréalais de 27 ans a toujours eu un rôle d’agitateur et de joueur de rôle. Mais au fil des années, ses instructeurs lui ont peu à peu donné plus de marge. 

«Nous sommes connus pour garder le rythme ou pour le récupérer. Avant, c’était avec des mises en échec et un bon échec-avant. Là, nous avons marqué un gros but juste après qu’ils eurent marqué. Le rôle a un peu changé, mais nous essayons d’apporter la même chose.»

Cette touche offensive n’est pas complètement nouvelle pour Carrier, qui a totalisé 73 buts et 189 points en 227 rencontres avec les Screaming Eagles du Cap-Breton et les Voltigeurs de Drummondville.

«Il faut retourner au junior [pour voir mon instinct offensif]. Au cours des premières années [dans la LNH], le rôle change un peu. Ici, les entraîneurs me demandent d’en faire plus, avec le jeu de puissance et ce genre de trucs.»

Carrier a donc un grand rôle à jouer dans l’excellente fiche de 16-4-1 des siens. Il espère pouvoir continuer sur cette séquence, estimant la confiance excellente au sein de son trio complété par Keegan Kolesar et Brett Howden.