Canadiens de Montréal

Arber Xhekaj: au-delà du nom

Arber Xhekaj: au-delà du nom

Michel Godbout

Publié 29 septembre
Mis à jour 29 septembre

J’en conviens parfaitement, le nom comme le joueur, ça frappe! Des noms à seulement 2 voyelles ont souvent cet effet sur nous. Pour les non-initiés, on le prononce phonétiquement: Ar-bère Ja-kaille. Voilà l’éléphant peut quitter la pièce. Mais il y en a un deuxième: est-ce que ce jeune défenseur de 21 ans peut jouer avec le Canadiens?

Plongeons!

Enfant, Arber Xhekaj et son père étaient de véritables partisans des Canadiens de Montréal. Déterminé, il travaillait chez Costco pour financer ses entraînements estivaux. Il aimait PK Subban mais avoue avoir calqué une partie de son style de jeu sur celui de Drew Doughty. Mais la comparaison avec Ben Chiarot est la plus récente et celle qui colle davantage à son style, mais avec de la mobilité en boni.

Alors, pourquoi je vous parle de cet obscur défenseur jamais même repêché au hockey junior? C’est que mine de rien, telle une immense souris, Xhekaj tente de se faufiler dans la fissure à la ligne bleue du CH. Peut-il vraiment espérer passer? Honnêtement, je pense qu’il s’immisce dans l’interstice.

Et le principal intéressé se sent d’attaque. «Je suis calme au camp et ne suis pas vraiment nerveux. Je suis à l’essai, alors je vais tout faire pour mériter un poste», avait-il indiqué.

Je vous le concède, on peut facilement dire qu’un défenseur avec un si mince pedigree ne pourrait jamais faire le saut des rangs juniors à la LNH, que le bond serait trop énorme, après tout, on ne parle pas ici de Cale Makar.

D’autant plus, réaliser un tel exploit alors que personne n’a osé vous repêcher dans l’entièreté de votre carrière (junior et professionnelle), le bond deviendrait plutôt un saut lunaire!

Mais c’est justement pour cette raison qu’il ne faut pas ignorer le sympathique défenseur. Il a construit sa carrière dans l’ombre et son progrès lui a donné une immense confiance en soi. À sa dernière année d'admissibilité junior l’an dernier, il était +44 tout en marquant 18 buts et récoltant 32 aides en 69 matchs. Son jeu physique demeure sa marque de commerce, mais il le conduit au cachot un peu trop souvent.

Dans son match de mercredi soir contre Toronto, c’est justement sa punition qui a mené au deuxième but des Leafs. Autrement, cependant, sa prestation a été sans bavure même lorsqu’il a été utilisé en désavantage numérique.

Avant le match, l’entraîneur Martin St-Louis: aimait ce qu’il voyait de Xhekaj. «Il connait une belle progression, on a aimé ce qu’il a fait à Buffalo», un commentaire qui ne tenait pas compte du KO livré par le défenseur face aux Sénateurs!

Sans dire que Xhekaj sera de l’alignement partant du CH au match d’ouverture, disons qu’à tout le moins, il est en train de devenir l’ambassadeur tout désigné pour créer de la compétition interne.