Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI /

Football universitaire RSEQ

Carabins : beaucoup de nouveaux visages sur la ligne offensive

Publié | Mis à jour

Forts de deux championnats québécois consécutifs et d’un impressionnant recrutement, les Carabins de l’Université de Montréal seront de nouveau très talentueux en 2022.

Même si l’entraîneur-chef Marco Iadeluca affirme «que tous les postes sont en jeu», il serait très surprenant, voire inimaginable, que Jonathan Sénécal ne soit pas le quart-arrière partant ou que le demi défensif Kaylyn St-Cyr soit cloué au banc. Par contre, il y a un énorme point d’interrogation concernant l’identité des joueurs qui formeront la ligne à l’attaque des Bleus cette saison.

• À lire aussi: Rouge et Or : «une journée à la fois»

«L’an dernier, nous avions entre 70 et 80 matchs d’expérience de partant dans tous les gars qui ont joué. Cette année, nous repartons en évaluation pour trouver la meilleure combinaison. Nous allons donner la chance à tout le monde. C’est un gros défi d’évaluation», a exprimé l’entraîneur de la ligne à attaque Mathieu Pronovost.

Parmi les gros bonshommes qui ont de l’expérience comme partant dans le circuit universitaire, il n’en reste que deux dans l’édition 2022 des Carabins : Marc-Antoine Houde et Alexandre Levac.

Le premier effectue d’ailleurs un retour à la compétition après avoir subi une terrible blessure à une jambe lors d’un affrontement contre les Stingers de Concordia l’an dernier.

«C’est la première fois qu’il s’entraîne avec contact depuis, a souligné Pronovost à propos de Houde samedi, lors de la première journée du camp d’entraînement. Il a travaillé tellement fort pour revenir, c’est tout un soldat.»

S’adapter au niveau

Ils seront donc plusieurs à mettre les bouchées doubles dans les prochains jours et semaines, afin de se dénicher un poste pour protéger Sénécal.

C’est d’ailleurs le cas d’Alassane Diouf. Le joueur de première année était l’un des athlètes les plus convoités du recrutement 2022. Malgré son statut, il doit tout de même faire ses preuves, ce qui représente une première pour lui depuis qu’il revêtit des épaulettes et un casque.

«Sans aucune prétention, j’ai toujours été un partant et je n’ai pas vécu beaucoup de compétition pour mon poste depuis que je joue au football, a indiqué Diouf. J’adore ce que je vis présentement! Je me dois d’être à 100% à tous les entraînements et à toutes mes répétitions. Les autres gars font la même chose. Si tu ne te donnes pas à ton meilleur, tu ne mérites pas de jouer.»

Très honnête dans ses réponses, Diouf n’a pas caché qu’il a été impressionné par le niveau d’intensité lors de la première journée du camp.

«C’est une grosse marche quand on compare avec le collégial, a-t-il dit. Il y a tellement de talent dans cette équipe, c’est impressionnant.»

S’il ne réussit à s’établir comme partant pendant le camp, Diouf, comme tous ses coéquipiers sur la ligne à l’attaque, aura plusieurs chances de gagner un poste de régulier pendant la saison 2022.

«Ça se peut très bien qu’on ait des jeunes qui seront prêts au début, mais qui se feront dépasser par la suite par des gars qui ont un peu plus d’expérience. Il est aussi possible que ça se déroule trop rapidement pour nos nouveaux et qu’ils ne soient pas prêts avant la mi-saison. Nous serons en évaluation pendant toute la saison», a précisé Pronovost.