Crédit : AFP

F1

Le travail de Lawrence Stroll fait jaser

Publié | Mis à jour

Le début de saison catastrophique d’Aston Martin ne passe pas inaperçu, et les Stroll – père et fils – essuient une vague de critiques particulièrement cinglantes dans les sphères de la Formule 1, dont, encore une fois, celles de Jacques Villeneuve.

Ayant racheté Force India pour sauver l’écurie de la faillite en 2018, le milliardaire québécois Lawrence Stroll a rapidement fait connaître l’ampleur de ses ambitions. En 2019, il prédisait un titre «au cours des quatre ou cinq prochaines années» sous la bannière d’Aston Martin. Pour y parvenir, il a injecté beaucoup d’argent, notamment pour l’agrandissement de l’usine de l’équipe, à Silverstone.

La nouvelle réglementation qui est entrée en vigueur cette année représentait une occasion unique de s’installer en tête de peloton. Or, c’est plutôt le contraire qui s’est produit: Aston Martin est la seule équipe à n’avoir inscrit aucun point. Pour l’équipe de Silverstone, il s’agit d’un premier pointage vierge depuis 2009, à l’époque où elle se nommait encore Force India.

Pas une marque de vêtements

De plus en plus, le style de gestion de Lawrence est mis en cause, et d’anciens pilotes devenus analystes estiment que l’homme d’affaires doit revoir ses façons de faire. C’est le cas notamment de Villeneuve ; le champion du monde en 1997 croit notamment que le nouveau patron ne doit pas gérer son écurie comme les marques de vêtements Ralph Lauren et Tommy Hilfiger, qui ont fait sa fortune.

«Diriger une équipe prend plus que de l'argent et Lawrence Stroll, avec Aston Martin, le découvre maintenant, a écrit Villeneuve dans sa chronique au site Formule1.nl, lundi. Ce n'est pas une chaîne de vêtements ou une marque de montres, c'est beaucoup plus compliqué. Surtout si vous dirigez une équipe pour votre fils, trouver des solutions devient d'autant plus compliqué.»

Et maintenant?

Le Grand Prix d’Australie a probablement été le pire jusqu’ici pour l’écurie. Lance Stroll et Sebastian Vettel ont tous les deux subi deux accidents, ce qui pourrait déjà venir gêner les tentatives d’évolution en raison du plafond budgétaire. Stroll a finalement terminé 12e.

Déjà, les mines doivent être basses à l’usine.

«La question est maintenant, que fait le grand patron Lawrence Stroll? s’est demandé Villeneuve. S'il traite ses pilotes comme il fait des affaires, ce ne sont pas de belles conversations. L'ambiance dans l'usine doit aussi être très triste, on n'y est actuellement pas accueilli avec le sourire.»

Aston Martin tentera de décrocher un premier point à l’occasion du GP d’Émilie-Romagne, le 24 avril.