Crédit : Photo d'archives Agence QMI

Sports aquatiques

Les Essais olympiques et paralympiques de natation à Montréal en 2024

Publié | Mis à jour

Pour la première fois depuis 2012, Montréal accueillera les Essais olympiques et paralympiques de natation du 19 au 24 mai 2024, deux mois avant les Jeux de Paris.

La candidature de Montréal a damé le pion à celle de Toronto, qui a accueilli l’événement lors des éditions de 2016 et de 2021. La bataille était loin d’être gagnée d’avance, assure le directeur général de la Fédération de natation du Québec (FNQ), Francis Ménard.

• À lire aussi: Un retour ardu pour les nageurs

«Il a fallu travailler pour battre Toronto, mais l’esprit d’équipe qui s’est dégagé de notre cahier de candidature a convaincu Natation Canada, a-t-il expliqué. Parc olympique, Tourisme Montréal et LBB Stratégies ainsi que la Fédération ont tous travaillé ensemble pour présenter la meilleure candidature possible.»

«Contrairement à l’habitude quand nous organisons un événement provincial ou même national, ce n’est pas un seul club qui l’accueille, de poursuivre Ménard. C’est le côté inédit des Essais et nous avons pu réunir tous les meilleurs officiels du Québec.»

Construit pour les Jeux panaméricains de 2015, le Toronto Pan Am Sports Centre abrite l’équipe nationale. «C’est la meilleure piscine au Canada, a convenu Ménard, mais Natation Canada avait démontré l’intention de revenir à Montréal et nous avons travaillé fort pour présenter la meilleure candidature possible. Nous ne l’avons pas eu gratuit.»

La solution finale, mais la FNQ entend corriger un aspect qui représentait le talon d’Achille de la candidature montréalaise dans le passé. «Notre seul défaut était pour l’épreuve du 50 mètres dos, a souligné Ménard. La structure bleue au plafond qui sert aux plongeurs est courbée et causait un problème de perception pour les nageurs. On souhaite trouver une solution très temporaire dont les coûts n’ont pas encore été analysés, mais qui nous permettra de miser sur une installation incontournable dans le futur pour des compétitions internationales.»

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Nouveau souffle

En poste depuis l’été dernier seulement, Ménard espère que la présentation des Essais olympiques dans la métropole redonnera un nouveau souffle à la natation québécoise qui en a grandement besoin. Le Québec ne comptait aucun nageur aux Mondiaux 2019 et seulement Katerine Savard et Mary-Sophie Harvey aux Jeux de Tokyo en 2021.

«Il y a beaucoup de travail, mais notre plan stratégique est axé sur le développement de la haute performance afin de permettre à un plus grand nombre de nageurs de se qualifier pour les Jeux, a-t-il souligné. Le plan est structuré sur plusieurs années, mais on espère que les Essais à la maison vont nous donner un momentum.»

«On veut se concentrer sur les jeunes de 8 à 12 ans, d’ajouter Ménard. Les clubs étaient laissés à eux-mêmes et il n’y avait pas de programme de détection de talents. On veut leur donner les outils pour favoriser le développement. L’absence de nageurs québécois au championnat mondial en 2019 était le résultat de plusieurs années difficiles.»