CF Montréal

CF Montréal: être moins prévisible

CF Montréal: être moins prévisible

Patrice Bernier

Publié 07 mars
Mis à jour 07 mars

Ce n’est pas le début de saison que l’on attendait du CF Montréal, qui a encaissé une deuxième défaite en MLS, cette fois 2-1 aux mains de l’Union de Philadelphie, samedi dernier. 

Ceux qui commencent à remettre en question le développement de jeu de l’équipe, par des passes courtes, je vous entends. Mais, bâtir de l’arrière est clairement l’identité de jeu sous Wilfried Nancy. Et ce l’était également sous Thierry Henry. 

À lire aussi: CF Montréal: les défauts de la révision vidéo

À lire aussi: CF Montréal: Des situations mal gérées contre Philadelphie

Personnellement, c’est un style de jeu qui me plaît beaucoup et une manière de faire à laquelle j’adhère. 

Cependant, le CF Montréal est moins régulier dans les courses en profondeur, en verticalité. En rétrospective, lors du match contre Santos Laguna, les opportunités de marquer sont venus en raison de courses en profondeur de Mathieu Choinière, Lassi Lappalainen, Djordje Mihailovic, Romell Quioto, notamment. 

Et lors du match contre l’Union, c’est ce qui a manqué au CF Montréal et, au final, c’est ce qui a fait la différence. Les courses des joueurs offensifs et des pistons font reculer la défense adverse et la met sur les talons. L’Union l’a fait à merveille et on a vu Rudy Camacho, Kamal Miller et Alistair Johnston être pris en défaut. Lors du deuxième but de l’Union, Camacho a été aspiré dans la zone du milieu alors que Julian Carranza est parti en profondeur, ce qui a profité à Daniel Gazdag. Philadelphie ne domine pas dans le jeu, mais menace constamment la défense adverse par des appels dans le dos.

Gazdac donne les devants à l'Union -

Ce genre d’action, il faut les répéter. Sur le but du CF Montréal, Kei Kamara a effectué une course et libéré des espaces. Ismaël Koné a pu obtenir le ballon et le remettre à Lassi Lappalainen. Ce fut un but chanceux, mais le club s’est donné l’opportunité. 

On a rarement vu ça lors du reste du match. Le CF Montréal aime jouer dans l’axe du terrain, mais ne semble pas étirer la défense, en longueur ou en largeur. 

Connaître son attaquant    

Le nouveau-venu Kei Kamara est un marqueur, un vrai. Il a réussi presque 130 buts en MLS jusqu’à maintenant, dont 100 sont survenus dans la surface de réparation. De ces 100 réalisations, 38 ont été le résultat d’une tête décisive. Bien peu des meilleurs marqueurs gravitent à ce pourcentage. 

Kamara n’a pas été beaucoup sollicité et pourtant il est dominant et peut procurer des opportunités de marquer. Ses courses peuvent également ouvrir les espaces, comme pour la tête de Kamal Miller, qui a malheureusement raté. La réalité n’est pas juste aérienne, peu de connections se sont faites entre les milieux offensifs et l’attaquant de pointe. Mihailovic et Torres se sont échangés 10 passes pour une seule entre Mihailovic et Kamara. Il est clair qu’un temps d’adaptation doit avoir lieu pour s'habituer entre Quioto et celui de jouer avec le profil d’attaquant comme Kamara.

Notons le but refusé par la VAR à Mihailovic pour faute, l’action du jeune Américain démontre qu’il peut accélérer et prendre de vitesse l’adversaire. En espérant revoir cette prise d’initiative à quelques reprises cette saison sans perdre l’essence de son jeu axé sur l’ouverture du jeu par la passe. 

Meilleur pressing    

De plus, le CF Montréal se doit de s’améliorer au niveau de la pression sur celui qui a le ballon. Selon les statistiques de fbref.com, l’Union a mis de la pression 180 fois contre 126 pour Montréal. Contre Orlando, c’était 144 contre 111. 

Avec une bonne pression, le joueur adverse a moins de temps disponible, on limite ses options, sa possibilité de voir vers l’avant plus régulièrement et permet à la défense de mieux anticiper les courses des joueurs offensifs adverses.

Koné, prometteur    

Encore une fois, Ismaël Koné a été bon. Oui, il a commis quelques petites erreurs, mais c’est normal, ce sont ses premières minutes en MLS. Il a tout de même été le passeur décisif sur le but de Lappalainen face à l’Union. Il se dirige par la passe ou oriente ses contrôles pour jaillir vers l’avant et c’est très important pour un milieu de terrain relayeur de pouvoir projeter le jeu vers l’avant et servir les acteurs prioritaires offensifs régulièrement. Il prend ses aises. Il démontre beaucoup de personnalité sur le terrain.

En terminant, Lappalainen monte en confiance. Le but étant libérateur. Il a été plus entreprenant offensivement et s’est même permis un belle frappe en deuxième mi-temps.