OttSensPicsSept22

Crédit : QMI

Félix Séguin

Il y a 25 ans, Patrick Lalime entrait dans l’histoire

Il y a 25 ans, Patrick Lalime entrait dans l’histoire

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 20 janvier
Mis à jour 20 janvier

Au cours des derniers mois, j’ai lancé un balado intitulé « Dans l’œil du chat » qui est disponible notamment sur Qub radio ainsi que sur toutes les plates-formes de baladodiffusion et dans la section balado du TVASports. Il s’agit d’un balado intemporel dans lequel j’aborde des sujets, des tendances ou des événements historiques ou marquants dans le monde du hockey avec différents intervenants.    

Dans le premier épisode, je me suis penché sur le déclin des gardiens de but québécois dans la LNH alors que dans le deuxième, j’ai réalisé plusieurs entrevues avec des joueurs qui ont connu de belles carrières sans jouer dans la LNH.

Dans mon plus récent épisode, je souligne le 25e anniversaire du record établi par le gardien Patrick Lalime avec les Penguins de Pittsburgh. Lors de la saison 1996-97, Lalime était demeuré invaincu lors de ses 16 premières décisions (14-0-2) dans la LNH, ce qui constitue encore aujourd’hui un record.

Alors âgé de 22 ans, Lalime avait profité des blessures aux vétérans gardiens Tom Barrasso et Ken Wregget pour se démarquer. «J’ai saisi l’occasion qui s’est présentée à moi et je n’ai pas raté mon coup», affirme-t-il lors du balado.

Pourtant, rien ne laissait présager que Lalime était pour connaître un tel succès. Choix de 6e tour des Penguins en 1993, il avait connu une carrière junior sans éclat et il avait ensuite joué dans la Ligue de la Côte Est et la Ligue Internationale. «J’ai fait face à de l’adversité avant d’arriver dans la LNH et cela a forgé mon caractère. Ce record est une fierté pour moi.»

Eddie Johnston était l’entraîneur-chef des Penguins lorsque Lalime a établi le record et il a également participé au balado «Dans l’œil du chat ». 

«Je ne pense pas que ce record sera battu. Il a été fantastique. Tout le crédit lui revient.» Johnston souligne aussi que son joueur étoile, Mario Lemieux, tenait à ce que Lalime batte le record : «Mario s’est levé dans le vestiaire et il a dit que rien n’allait empêcher Patrick de battre le record.

Lors de cette séquence historique avec les Penguins, Lalime avait comme coéquipier Jean-Jacques Daigneault, qui était un vétéran de plusieurs saisons dans la LNH. Ce dernier se souvient de Lalime comme d’un jeune gardien faisant preuve de beaucoup de maturité et très motivé. «Ses performances nous avaient donné une erre d’aller. Les joueurs ont élevé leur jeu d’un cran pour aider Patrick à gagner.»

Tout au long du balado, Lalime raconte des anecdotes notamment au sujet de Mario Lemieux qu’il considère comme le meilleur joueur de l’histoire. Il est aussi question de situations, de moments importants où des scènes cocasses dont Lalime a été témoin lors de cette séquence heureuse notamment avec Wayne Gretzky et Patrick Roy.

Enfin, le père de Lalime, Jacques, a été un témoin privilégié du record de son fils. 25 ans plus tard, M. Lalime est encore émerveillé par l’exploit de son fils. «Nous étions une trentaine de personnes qui se réunissaient chez moi pour chaque partie. On n’avait pas le câble, mais Patrick nous avait donné une coupole et ainsi on ne ratait aucun match.»

Cette année-là, Lalime avait terminé au cinquième rang pour le trophée Calder, trophée remis à la recrue par excellence de la ligue. Au cours de sa carrière, il aura joué 444 parties et signé 200 victoires.

Bonne écoute.