Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Lions de Trois-Rivières

Poulin est fier de se retrouver à Trois-Rivières

Publié | Mis à jour

Il a joué 50 matchs pour les Islanders de New York. Puis, le gardien Kevin Poulin a parcouru le monde : le Connecticut, la Californie, le Kazakhstan, Laval, la Croatie, la Suisse, l’Allemagne et la Suède.

À 31 ans, celui qui obtiendra le premier départ de l’histoire des Lions de Trois-Rivières ce soir est heureux de finalement poser ses valises au Québec. L'affrontement contre les Growlers de Terre-Neuve sera présenté à TVA Sports et sur TVA Sports direct à compter de 19h.  

Même si, au départ, le Montréalais qui a paraphé un contrat de la Ligue américaine avec le Canadien souhaitait le faire à Laval, et non à Trois-Rivières.

Il a d’ailleurs participé au camp d’entraînement du CH, prenant part à quelques périodes en match hors-concours avant d’être retranché.

«Quand j’ai signé, on m’avait déjà parlé de cette possibilité-là [de se retrouver dans la ECHL], a expliqué Poulin, hier. Je savais que c’était possible, et même très possible quand on regarde la profondeur de l’organisation du Canadien. J’étais cinquième gardien.»

«Mais je suis dans un bon état d’esprit, a-t-il ajouté. Je veux juste bien faire. C’est notre première année dans la ligue, on veut bien performer. On est beaucoup de Québécois aussi, c’est une fierté d’être ici.»

Moins loin qu’à Astana 

Et surtout, ce sera beaucoup plus facile pour la famille Poulin d’aller voir jouer leur préféré à Trois-Rivières qu’à Astana ou Berlin.

«Ça fait du bien de revenir en Amérique du Nord, et encore plus au Québec, a pointé le gardien. On a une maison à Longueuil, ma femme et mes deux enfants sont encore là. Ils vont pouvoir venir me voir les week-ends, quand il n’y a pas d’école.»

«Ce sera la première fois que ma famille va pouvoir venir me voir jouer depuis le junior, il y a 12 ans [alors qu’il jouait avec les Tigres de Victoriaville]!»

Avec les Lions, Poulin disputera ses premiers matchs dans la ECHL. Une autre nouvelle ligue, une autre adaptation pour le vétéran.

Et celle-ci risque d’être particulière. Les Lions n’ont disputé aucune rencontre préparatoire. Le gardien ne sait donc pas trop à quoi s’attendre en ce qui a trait au niveau de jeu.

«Sans avoir affronté les autres équipes, je n’ai aucune idée de ce dont ça va avoir l’air, a-t-il concédé. Mais je vois le talent qu’on a et je suis confiant qu’on va être compétitif. C’est sûr par contre que ça risque de nous prendre quelques matchs pour nous ajuster.»