Crédit : Photo d'archives, Agence QMI

LNH

François Allaire doit être admis au Temple de la renommée

François Allaire doit être admis au Temple de la renommée

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 15 octobre
Mis à jour 15 octobre

François Allaire est un pionnier, un innovateur et un bâtisseur.

Pendant plus de 30 ans, il a révolutionné la position de gardien de but avec ses enseignements, sa philosophie et son expertise que personne avant lui n’avait. Selon moi, Allaire a valorisé cette position.

Allaire a créé le style papillon avec Patrick Roy dans les années 80, il a été à l’origine de l’émergence de plusieurs gardiens québécois dans les années 90 et il a travaillé pour quatre équipes de la LNH (Montréal, Anaheim, Toronto et Colorado).

Si toutes les organisations, peu importe le niveau, ont maintenant un entraîneur des gardiens dans leur rang, c’est grâce à François Allaire. C’est lui qui a démontré toute l’importance de cet emploi.

À Montréal, Allaire a aidé Patrick Roy à gagner deux coupes Stanley (1986-1993), deux trophées Conn Smythe (1986-1993), trois trophées Vézina (1989-1990-1992) et quatre trophées William Jennings (1987-1988-1989-1991).

À Anaheim, Allaire a épaulé Jean-Sébastien Giguère dans sa conquête du trophée Conn-Smythe (2003) et sa coupe Stanley (2007). Et au Colorado, Allaire a permis à Semyon Varlamov de connaître la meilleure saison de sa carrière (2013-14) en terminant au deuxième rang dans la course au trophée Vézina.

Ce sont des résultats concrets et probants.

Et il ne faut pas oublier tous les autres gardiens (et ils sont nombreux) qui ont reçu les judicieux conseils d’Allaire à un moment ou un autre de leur carrière.

Maintenant la grande question. Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer pourquoi Allaire n’a toujours pas été admis au Temple de la renommée du hockey à titre de bâtisseur? C’est incompréhensible.

Âgé de 66 ans, Allaire possède un curriculum vitae que nul autre ne possède. Au fil de sa carrière, son travail a eu un impact sur l’évolution du hockey.

Bref, il n’est pas trop tard pour permettre à François Allaire de faire son entrée au Temple de la renommée, mais je pense que l’attente a assez duré.