Canadiens de Montréal

«Le CH se battra encore plus pour sa survie»

Publié | Mis à jour

Les dernières semaines n’ont guère été réjouissantes pour le Canadien de Montréal et à en croire plusieurs, le groupe de l’entraîneur-chef Dominique Ducharme aura à se surpasser pour vaincre l’adversité dans laquelle il est plongé.

C’est notamment l’opinion de l’ancien défenseur du Tricolore Alexandre Picard, qui croit qu'une qualification aux prochaines séries éliminatoires est loin d’être acquise pour le club montréalais.  

Il y a eu le départ de quelques éléments-clés, notamment Phillip Danault et Jesperi Kotkaniemi, ainsi que les blessures de Shea Weber et la nouvelle relative à Carey Price, actuellement soumis au programme d’assistance aux joueurs de la Ligue nationale de hockey.

«Déjà, pour une équipe qui s’est rendue pratiquement au bout et qui commence la saison avec peu de repos, puis avec tout ce qui s’est passé cet été et le dernier dénouement qu’on vient de voir avec Carey Price, je pense que ça fera extrêmement mal au Canadien de Montréal. Je le plaçais quatrième dans la section Atlantique et là, je pense qu’il se battra encore plus pour sa survie», a affirmé Picard durant le plus récent balado «Temps d’arrêt». À écouter ici:

«Tout le monde se croise les doigts pour que Carey revienne durant la saison, mais il n’y a aucune garantie là, a-t-il poursuivi. J’ai hâte de voir comment le Canadien se battra pour sa survie tout au long de l’année.»

Un espoir...

Pour sa part, l’animateur Louis Jean abonde dans le même sens que l’ex-joueur, ajoutant cependant que rien n’est perdu d’avance. 

Selon lui, le Canadien obtiendra du succès seulement si les troupiers de Ducharme saisissent bien son message et mettent en application de manière efficace le plan de match soir après soir.

«Il manque de gros morceaux, il y a des gars qui sont blessés ou qui n’ont pu participer au camp d’entraînement à cause de cet été plus court. [...] C’est vraiment dur de savoir à quoi s’attendre de ce club. Ce n’est pas une équipe élite, ce n’est pas une formation de tête de peloton. Je pense qu’on le sait, a-t-il admis, précisant que plusieurs équipes ont souvent déjoué les pronostics. Sa seule chance de succès, c’est si tout le monde embarque dans ce que Dominique Ducharme propose.»

«Mais j’aime beaucoup son message. [...] Il dit qu’on n’a pas d’excuse. Ça prend l’engagement de tous, de l’imputabilité. [...] Chaque soir, on a 20 joueurs. Mercredi contre les Leafs, on en aura 20. Jeudi face aux Sabres, on en aura 20. Samedi contre les Rangers au Centre Bell, il y en aura 20 et ces 20 gars-là devront faire le travail. Notre force sera notre mentalité, notre approche, notre désir de gagner et d’embarquer ensemble», a poursuivi Jean en insistant sur la possibilité pour l’entraîneur de mettre en place une structure de jeu, ce qui avait été ardu à réaliser l’hiver dernier en raison de la pandémie.