Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Saison 2021-2022: les surprises potentielles

Saison 2021-2022: les surprises potentielles

Michel Godbout

Publié 11 octobre
Mis à jour 11 octobre

Y’a de ces joueurs dans la LNH qui, comme des fruits, arrivent à une certaine maturité dans leur jeu leur permettant ainsi de connaître une éclosion. Pour certains, cette maturité arrive très tôt, lire Connor McDavid, alors que d’autres prennent quelques saisons avant d’y arriver, pensez à Jeff Petry.

Je me suis donc arrêté sur 10 joueurs qui pourraient connaître une éclosion cette année, des joueurs susceptibles d’influencer positivement vos pools si vous choisissez de regarder dans la même boule de cristal que moi! 

1- Jesse Puljujarvi (Oilers)  

Les Oilers souhaitent enfin voir ce choix de premier tour, quatrième au total en 2016, connaître une saison digne de leurs attentes. L’an dernier, cet imposant Suédois de 6 pi 4 po, 201 lb nous a montré un bel échantillon de son talent, surtout lorsqu’il était jumelé à Connor McDavid ou Leon Draisaitl. Sa production de 25 pts en 55 matchs sera sans doute accrue cette saison avec Zach Hyman sur l’aile gauche et McDavid au centre. Alors, qu’on se le tienne pour dit, si Puljujarvi connait son éclosion, ce trio pourrait être l’un des plus explosifs de la LNH.

2- Tim Stützle (Sénateurs)  

Les Sénateurs ont une très belle écurie de jeunes joueurs de talent qui risque d’en surprendre plus d’un cette saison. Mais pour moi, Stützle en a montré assez l’an dernier pour me faire croire qu’il connaîtra une belle progression cette saison. À seulement 19 ans, le jeune Allemand a recueilli 29 points, dont 12 buts en 53 matchs lors de la dernière saison avec l’une des pires formations de la LNH! Sur le deuxième trio (ou le premier si Brady Tkachuk tarde à signer), sa production devrait augmenter quelque peu, mais son temps passé sur la première vague en avantage numérique lui permettra de produire d’avantage.

3- Alexandre Romanov (Canadiens)  

Il y a d’autres joueurs du CH qui pourraient surprendre, mais j’y vais avec Romanov. Ce jeune défenseur des Canadiens est une véritable toupie sur patins. Très mobile, ayant gagné en expérience et possédant un réel instinct offensif, Romanov risque de mettre tout ça à profit pour montrer qu’il est bel et bien prêt pour un rôle accru dans la LNH. Son temps de glace n’a fait qu’augmenter l’an dernier passant d’environ 12 minutes à plus de 22 minutes par match. C’est un signe qu’il prenait de l’assurance et qu’on lui faisait confiance, même s’il n'a presque pas joué en séries. Le peu de points accumulés l’an dernier vont jouer à son avantage cette saison alors qu’il sera facile pour lui d’engraisser sa production.

4- Jesperi Kotkaniemi (Hurricanes)  

Beaucoup a été dit au sujet du départ de «KK», mais son arrivée en Caroline sera, pour moi, son «coming out» offensif. Il a le talent pour le faire. Il doit adopter la bonne éthique de travail et il y parviendra. Sans doute motivé de justifier (au moins en partie) son énorme contrat de 6,1 millions, Kotkaniemi devrait mieux faire dans un plus petit marché loin de l’attention médiatique constante. Mais le plus gros élément qui aidera son éclosion sera son entourage. Qu’on le veuille ou non, jouer avec des joueurs de talent comme Aho, Svechnikov, Necas, Trocheck, Teravainen et Hamilton ne peut que le rendre meilleur même s’il risque de se retrouver sur le troisième trio.

5- Jack Hughes (Devils)  

On l’attend depuis longtemps cette éclosion de Jack Hughes. Est-ce que cette année sera la bonne? L’an dernier, je vous avait parlé du travail hors-glace que Hughes avait fait au cours de l’été 2020 pour mettre plus de masse sur sa charpente et augmenter son endurance. Il a joué la dernière campagne avec ces ajustements et a beaucoup travaillé son jeu sur 200 pieds. Maintenant, enfin, je crois qu’il est prêt à étaler tout son talent. Avec la formation renforcé au New Jersey, ça ne pourra qu’aider Hughes à devenir le joueur tant anticipé.

6- Oliver Wahlstrom (Islanders)  

Chaque fois que je travaillais sur un match des Islanders l’an dernier, je remarquais toujours Oliver Wahlstrom. Il réussissait constamment à se démarquer. À sa première saison, cet ailier droit de 6 pi 2 po, 202 lb n’est pas nécessairement un trai,n mais il possède le sens du filet. Accumulant 21 points en 44 matchs, dont 12 buts, je vois sa production augmenter sensiblement aux côtés de Jean-Gabriel Pageau et Zach Parisé.

7- Spencer Knight (Panthers)  

D’emblée, disons que le temps de jeu du gardien Spencer Knight devrait être limité en raison du fait qu’il secondera Sergei Bobrovsky. Prenez note de mon utilisation du conditionnel, car Bobrovsky n’a pas encore donné aux Panthers la qualité et la constance qu’il offrait aux Blue Jackets. Il serait grand temps qu’il le fasse et la Floride s’impatiente fermement. Si Bobrovsky n’est pas constant, c’est là que Knight pourrait engraisser sa feuille de route de matchs joués. Et avec son talent, son calme et surtout la machine de hockey qui joue devant lui, Knight pourrait profiter d’une impatience envers Bobrovsky pour connaître une belle éclosion.

8- Ross Colton (Lightning)  

Encore une fois, les recruteurs du Lightning semblent avoir déniché une autre perle rare en Ross Colton. D’après mes informations, il a connu un très bon camp et se développe comme le joueur anticipé. Ce joueur est davantage un fabricant de jeu qu’un marqueur. Ceci dit, depuis l’âge junior il a toujours marqué 10 buts ou plus par saison même à sa première campagne chez les professionnels. J’anticipe une bonne production chez lui en raison des ailiers qu’il risque de retrouver sur ses flancs, c’est à dire Mathieu Joseph et Corey Perry; un trio qui pourra certainement prendre la troisième ligne adverse à contre-pied lorsqu’il profitera d’un revirement pour contre-attaquer.

9- Trevor Zegras (Ducks)  

Lorsqu’on parle de talent pur, Zegras est un parfait exemple. Pur, mais encore en développement, normal après tout, car il n’a que 20 ans. Considérant qu’il n’a joué qu’une seule saison à l’Université de Boston avant de faire le saut chez les pros, on peut parler ici d’un jeune prodige. Et cette première saison professionnelle a été partagée entre les Ducks et leur équipe de la LAH. Zegras a terminé cette campagne avec 34 points en 41 matchs!! Cette saison avec des Ducks en reconstruction, il risque de voir beaucoup de temps de glace sur le premier trio avec Maxime Comptois et Rickard Rakell. La production ne saura tarder!

10- Michael Bunting (Maple Leafs)  

Le cas de Bunting est particulièrement intéressant. En Arizona, il a passé le plus grand de son temps dans la Ligue américaine, mais lorsqu’il a obtenu son audition de 21 matchs avec les Coyotes, il a marqué 10 buts. C’est un joueur de caractère qui n’a pas peur du traffic. Sur un deuxième trio avec John Tavares et William Nylander, ça pourrait produire des flammèches. Mais avant d’en arriver là, il devra gagner la confiance de son entraîneur.