Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

La carte cachée du Tricolore

La carte cachée du Tricolore

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 29 septembre
Mis à jour 29 septembre

Avant même le début de saison, il est logique de prédire que Jeff Petry, Joel Edmundson, Ben Chiarot et David Savard formeront le top 4 chez les défenseurs des Canadiens de Montréal.

Petry et Edmundson ont prouvé qu’ils sont un duo fiable. Ben Chiarot a démontré qu’il pouvait jouer des minutes de qualité alors que David Savard offre, depuis plusieurs années, un rendement efficace et constant.  

Toutefois, je crois qu’Alexander Romanov possède le talent, la détermination et l’intensité pour mêler les cartes chez le Bleu-Blanc-Rouge à sa deuxième saison dans la Ligue nationale.

L’an dernier, en séries éliminatoires, je faisais partie de ceux qui auraient souhaité que Romanov soit davantage utilisé. Cependant, avec le recul, il faut respecter la décision de l’entraîneur-chef Dominique Ducharme qui avait plutôt décidé de miser sur la constance et l’expérience d’Erik Gustafsson et Jon Merril. Ducharme avait vu juste puisque le Tricolore a atteint la finale de la Coupe Stanley.

Mais cette année, c’est différent. L’équipe recommence en quelque sorte à zéro.

Romanov est jeune et fougueux. Je le regardais attentivement lors du premier entraînement à Brossard, jeudi dernier, et j’étais impressionné par son niveau d’énergie et par son désir de réussir. Il est toujours attentif et réceptif aux conseils des entraîneurs et des vétérans de l’équipe. C’est une belle qualité.

Selon moi, une statistique importante est passée sous silence l’an passé. Romanov a terminé au neuvième rang chez les défenseurs de la LNH pour les mises en échec (138) et au 23e échelon au total parmi tous les patineurs du circuit Bettman. Seul Josh Anderson (139) a fait mieux chez les Canadiens.

Même s’il ne mesure que 6 pi 1 po et qu’il ne pèse que 209 lb, Romanov frappe fort. Il l’a démontré à plusieurs occasions l’an dernier et il le fera encore cette année.

Maintenant, au cours de la prochaine saison, je souhaite voir Romanov améliorer ses statistiques offensives. Et il est capable de le faire. Davantage de buts et davantage de points seraient souhaités. Il est d’ailleurs capable de trouver sa niche sur l’avantage numérique.

Il aura sa chance  

Je crois que Dominique Ducharme voudra donner un certain temps à Romanov de s’établir, mais il doit gagner la confiance de son entraîneur-chef. Cependant, je suis persuadé que si le défenseur russe trouve rapidement son erre d’aller, il pourrait se voir confier un mandat plus important.

Rapide, robuste et doté d’un flair offensif, Romanov offre des qualités qui pourraient permettre à la défensive des Canadiens d’avoir un visage différent.

Nous savons tous à quoi s’attendre de Petry, Savard, Edmundson et Chiarot. Ils sont gros, grands, robustes et défensifs. Mais Romanov est différent.

C’est pourquoi, si les choses vont bien dans le cas de Romanov, je souhaiterais le voir à la gauche de Petry ou de Savard à un certain moment dans la saison.

Selon moi, je crois qu’il serait plus logique de le voir avec Savard. Petry doit contribuer en attaque et s’il jouait avec Romanov, il devrait davantage se concentrer sur sa défensive. Et en plus, Petry avec Edmundson, à mes yeux, les deux se complètent très bien.

Mais avec Savard, par contre, il pourrait y avoir une belle complicité. Bien qu’il soit capable de contribuer offensivement, le Québécois est davantage reconnu pour son efficacité en défensive. Ainsi, Romanov, avec Savard, pourrait avoir une certaine confiance et liberté lorsque viendrait le temps de se porter en attaque.

Bref, c’est un souhait. On verra.

Mais je demeure convaincu que si Romanov progresse et qu’il gagne la confiance soir après soir de l’organisation, il pourrait devenir une carte cachée dans les succès des Canadiens de Montréal cette année.