Canadiens de Montréal

«Je n’essaierai pas d’être Weber»

Publié | Mis à jour

Si plusieurs voient en David Savard un digne remplaçant de Shea Weber, le Québécois ne le perçoit pas nécessairement de la même façon. 

En entrevue à «JiC», mardi soir, le no 58 s’est montré plutôt clair sur le sujet.  

«Je ne me vois pas comme un remplaçant de Shea. C’est sûr que c’est une grosse perte pour l’équipe, mais je ne changerai pas mon style de jeu pour autant. Je vais donner de grosses minutes en désavantage numérique et j’opterai pour une approche physique, mais je n’essaierai pas d’être Weber. C'est un gars qui a eu une carrière phénoménale. Moi, j’ai mon propre style, sur la glace.»

Savard a toutefois mentionné qu’il n’hésiterait pas à se montrer très vocal et présent pour les jeunes joueurs de l’équipe, surtout en l’absence (et/ou avec le départ) de nombreux vétérans. 

«Si je peux aider les jeunes à se sentir bien, je le ferai. C’est important que tous les gars soient dans un bon état d’esprit et en confiance.»

Charmé par Guhle   

Lundi, contre les Maple Leafs, le défenseur a justement été jumelé a un prometteur et jeune arrière de l’organisation : Kaiden Guhle. 

Transparent, Savard a reconnu avoir été charmé par son partenaire du jour, qu’il n’a pas hésité à louanger.

«Il joue extrêmement bien, il est très intelligent. Kaiden bouge également ses patins extrêmement rapidement. C’était très plaisant de jouer avec lui. Il se place bien, ne se met jamais dans le trouble. Il finit ses mises en échec. Il a un très beau potentiel. Disons qu’il n’a pas vraiment eu besoin de conseils...»

Un choix aussi facile qu’évident   

Originaire de Ste-Hyacinthe, Savard n’avait jamais eu l’occasion de jouer au sein d’une équipe canadienne. 

Ainsi, quand l’offre du CH est arrivée, il confie ne pas avoir eu besoin d’une longue période de réflexion pour faire son choix. 

«C’est l’équipe que j’ai regardée en grandissant. C’était aussi très attrayant de revenir jouer près de chez moi. Sur le plan hockey, c’était aussi une superbe opportunité, car les Canadiens ont atteint la finale de la Coupe Stanley l’an dernier et il y a plusieurs jeunes joueurs talentueux qui poussent pour intégrer l’équipe. Dès qu’ils ont fait l’offre, c’était clair que j’acceptais.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.