Crédit : AFP

F1

F1: Lewis Hamilton remporte sa 100e victoire

Publié | Mis à jour

Malgré un départ canon qui l’a propulsé au quatrième rang dès la sortie du deuxième virage, Lance Stroll n’a pas été en mesure de confirmer un début de course prometteur dimanche au Grand Prix de Russie de Formule 1.

Si bien que son parcours plutôt brouillon et sa décision de rester en piste malgré la pluie forte lui ont probablement coûté son meilleur résultat de la saison et, qui sait, une place sur le podium. Il va finalement rallier l’arrivée au 11e rang.    

Quelques heures après la course, on a aussi appris que le pilote québécois avait été pénalisé de dix secondes par les commissaires sportifs pour sa responsabilité d’un accrochage l’impliquant avec Pierre Gasly au moment où les précipitations redoublaient d’intensité au circuit de Stochi.

Suite à ce contact, le Français n’a pu éviter le tête-à-queue bien que les deux rivaux ont pu reprendre la piste. Cette sanction ne change rien à la position finale de Stroll puisqu’il détenait une avance suffisante aux dépens de son coéquipier Sebastian Vettel, classé 12e, lorsque le drapeau à damier a été agité.

Devant Russell

Après s’être élancé de la septième place sur la grille de départ, le pilote québécois s’est brillamment faufilé, comme il en est souvent capable après l’extinction des feux rouges, se permettant même de surprendre Lewis Hamilton qui s’était qualifié au quatrième rang.

Au 13e des 53 tours, Stroll a été le premier des 20 partants à s’arrêter pour chausser son Aston Martin de gommes neuves. La stratégie paraît fructueuse, du moins à première vue, puisqu’il ressort des puits de ravitaillement devant le Britannique George Russell qui roulait devant lui à la troisième place avant son arrêt.

Mais la suite a été un véritable cauchemar. Le comportement de sa monoplace, munie de pneus durs, ne sera plus le même. Le tout s’est empiré quand le ciel lui est tombé sur la tête.

«Je ne pensais pas qu’il allait pleuvoir de plus en plus fort, a expliqué Stroll, alors j’ai décidé de rester en piste et d’aller jusqu’au bout. C’est mon erreur. Je réalise que je suis rentré aux puits un tour trop tard.»

Une autre touchette avec Vettel

Une catastrophe a été évitée à six tours du baisser de rideau quand les deux Aston Martin se sont touchées.

«C’est devenu très glissant, a relaté Stroll, et je n’ai pas vu Sebastian à côté de moi. En fin de compte, c’est dommage de quitter Sotchi sans avoir pu inscrire des points au championnat.»

Vettel, lui, n’a pas voulu vraiment commenter la situation. C’est la deuxième fois en deux Grands Prix que les voitures de Stroll et du quadruple champion du monde se touchent.

Après une deuxième place inespérée en Azerbaïdjan le 6 juin dernier, l’Allemand n’a récolté que sept maigres points à ses neuf derniers départs.

Ce qu’il faut retenir

Une course à oublier pour Latifi

Les attentes étaient pourtant élevées pour Nicholas Latifi, qui avait non seulement réussi à réaliser le dixième chrono le plus rapide lors de la première ronde (Q1) des qualifications du Grand Prix de Russie samedi, mais fait rare, qui s’était aussi classé devant son coéquipier George Russell. Mais ce ne sera que le seul moment de réjouissance pour le pilote torontois. Forcé à s’élancer en fond de grille (18e), après un changement d’unité de puissance, Latifi a été limité à un rôle de figuration pendant cette course à rebondissements.

«J’ai été surpris par la pluie et je n’ai pu éviter le dérapage», a dit celui qui n’a jamais été capable d’améliorer son sort. Sa sortie de piste a causé des dommages à l’aileron arrière de sa Williams et il a été contraint à l’abandon au 48e tour.

Des records inégalables?

Quand Michael Schumacher a inscrit la 91e et dernière victoire de sa carrière au Grand Prix de Chine en 2006 et remporté un septième titre en F1 deux ans plus tôt, on n’aurait jamais cru que ces plateaux seraient égalés, voire battus en F1. Or, c’est avant qu’un certain Lewis Hamilton ne vienne rééditer le livre des records. Le Britannique compte maintenant 100 gains et convoite un huitième championnat du monde.

Et maintenant la Turquie

Le cirque de la F1 profitera d’une pause d’une semaine après une escale en Turquie du 8 au 10 octobre. Pour la suite, rien n’est certain puisque les trois courses suivantes sont prévues dans les Amériques, à commencer par le GP des États-Unis, à Austin au Texas, le 24 octobre.