Crédit : AFP

Tennis

Andy Murray veut «réhabituer» son corps

Publié | Mis à jour

Engagé au Challenger de Rennes, très loin des projecteurs des Grands chelems, l'ancien numéro un mondial Andy Murray a expliqué vouloir «réhabituer (son) corps à jouer 2, 3, 4 matchs en une semaine».

À 34 ans, l'Écossais assure qu'il se sent «très bien» et qu'il peut jouer «au très haut niveau», mais après sa double opération à la hanche droite, en 2017 puis en 2019, il pointe à la 116e place au classement de l’ATP.  

Sa popularité et son palmarès lui ouvrent encore les portes des grands tournois, mais «à chaque fois, je dois affronter les meilleurs dès le début, ce n'est pas facile», a-t-il expliqué à la presse.

Cette année, il a été éliminé au troisième tour à Wimbledon par le Canadien Denis Shapovalov (12e mondial) et s'est incliné il y a deux semaines au premier tour des Internationaux des États-Unis devant Stefanos Tsitsipas (3e mondial), en ironisant sur les longues pauses du Grec pendant leur bataille de près de cinq heures.

Entre ces rendez-vous glamour mais sans cesse manqués, il cherche donc à remonter la pente en enchaînant les petits tournois, comme celui de Rennes.

Non sans un hommage à la cohorte des professionnels de l'ombre qu'il y retrouve: «Ils sont tous très bons. Ils consacrent leur vie entière au tennis», a-t-il salué, heureux que la présence de Richard Gasquet, Gilles Simon et Lucas Pouille, trois Français montés jusqu'au top 10, leur attire les foules.

Les débuts de Murray en Bretagne n'ont pas été simples lundi soir puisqu'il s'est fait rapidement briser par l'Allemand Yannick Maden (240e mondial) au premier tour. 

«Les conditions sont assez différentes de New York, a-t-il expliqué. Le terrain est beaucoup plus lent et la balle rebondit très bas.» Mais il s'est vite adapté pour s'imposer 6-3, 6-1.

«Évidemment, je veux gagner, même si ça ne sera pas facile. Mais le plus important pour moi, c'est d'enchaîner les matchs», a-t-il insisté.