TOPSHOT-AUTO-PRIX-F1-ITA

Crédit : AFP

F1

«Le halo a clairement sauvé la vie de Lewis»

Publié | Mis à jour

Avec un nouvel accrochage impressionnant, le duel entre le leader du championnat du monde de F1 Max Verstappen (Red Bull) et son poursuivant Lewis Hamilton (Mercedes) est encore monté d'un cran en Italie, tout en rappelant le rôle du halo pour la sécurité des pilotes.

« Le halo a clairement sauvé la vie de Lewis »: pour le patron de l'écurie Mercedes Toto Wolff, l'accident entre les deux rivaux aurait pu avoir des conséquences dramatiques sans cette pièce installée depuis 2018 au-dessus du cockpit des F1.

Au 26e tour sur 53, Hamilton, tout juste ressorti des stands, et Verstappen, sont arrivés roues contre roues dans la première chicane en bout de ligne droite. Hamilton a gardé l'avantage, contraignant Verstappen à monter sur un vibreur. Le Néerlandais a perdu le contrôle et vu sa voiture grimper sur celle de son adversaire.

L'image résumera sans doute au mieux la saison 2021 de Formule 1: les deux monoplaces montées l'une sur l'autre. Les deux, bloquées dans les graviers, désarmées. Les deux pilotes, neutralisés mais indemnes, contraints à l'abandon après une nouvelle lutte musclée.

Sur les ralentis, on peut voir qu'en effet le halo protège parfaitement le pilote britannique en résistant au poids de la monoplace Red Bull. Des images qui rappellent l'accident de Romain Grosjean fin 2020 à Bahreïn, où le halo avait protégé le Français entré violemment dans les barrières de sécurité et lui laissant une chance pour s'extirper de sa monoplace en feu.

Silverstone avant Monza

« Combien faudra-t-il d'accidents? Les deux doivent se laisser de la place, faire la course à fond mais en évitant les accrochages », a ajouté Wolff, estimant que Verstappen était « fautif ». 

Pour son vis-à-vis de Red Bull, Christian Horner, c'est au contraire « un incident de course. Objectivement, c'est 50/50, et heureusement personne n'a été blessé ».

Quelques heures après l'incident, la direction de course a jugé Verstappen « principal responsable » de l'accident. Le Néerlandais, qui aurait dû s'effacer en attendant de retenter sa chance selon les commissaires, a été pénalisé de trois places sur la grille du prochain GP en Russie (26 septembre).

Après un début de saison intense mais resté correct, le Britannique et le Néerlandais étaient une première fois entrés en collision à Silverstone pour le GP de Grande-Bretagne en juillet. À grande vitesse, Verstappen avait été propulsé contre le mur. 

Alors qu'il était à l'hôpital pour des examens - rassurants - Hamilton gagnait lui sa 99e course en F1 (il attend toujours la 100e). Verstappen, furieux de voir son adversaire célébrer la victoire depuis l'hôpital, avait considéré son comportement « dangereux », « irrespectueux et antisportif ».

« Il a perdu le contrôle »

Au niveau comptable, c'est le statu quo après cette course. Verstappen a toujours cinq points d'avance sur Hamilton. Mais au niveau psychologique, la bataille entre les deux s'intensifie.

Lors d'un point presse virtuel, Hamilton a expliqué avoir « mal au cou ». Mais il s'estimait surtout « chanceux »: « Dieu merci le halo m'a sauvé et a sauvé mon cou. C'était un gros choc ».

« Il a perdu le contrôle dans le virage », a-t-il estimé alors que Verstappen a lui considéré qu'Hamilton l'avait « serré » sans lui laisser la moindre place.

« Du coup j'ai dû prendre le vibreur et malheureusement, nous nous sommes touchés, mais ce sont des choses qui arrivent », a relativisé Verstappen, qui est apparu très calme en zone mixte.

Un incident qui pimente au final un peu plus la course au titre, à huit courses du terme de la saison, et qui a laissé le champ libre à Daniel Ricciardo et McLaren pour la victoire. Une première depuis 2018 pour l'Australien et depuis 2012 pour l'écurie anglaise.