Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Club de foot Montréal

CF Montréal: il n’y a pas eu de débordements

Publié | Mis à jour

On s’attendait peut-être à une manifestation des Ultras ou en appui aux Ultras avant ou pendant le match de samedi soir, mais ça n’a pas été le cas. On n’a assisté à aucun débordement.

La rencontre s’est déroulée dans le calme et ce n’est pas surprenant.

Les partisans évincés du Stade Saputo par la fermeture de la section 132 plus tôt cette semaine n’avaient pas intérêt à faire de vagues puisqu’ils auraient alors donné raison à la direction du club.

La section a été recouverte de deux grandes bâches comme celles qu’on pouvait voir dans les arénas de la Ligue nationale de hockey lors de la dernière saison.

Et l’absence des Ultras s’est fait sentir dans l’ambiance du stade parce que, soyons honnêtes, ce groupe est particulièrement bruyant quand il s’y met.

Il faut dire que la section 132 est l’un des principaux moteurs de l’animation au Stade Saputo et que son silence affecte toujours l’ambiance d’une rencontre.

Les 1642 MTL ont continué de chanter et crier selon leur habitude et ont déployé beaucoup d’efforts afin d’entraîner le reste des partisans avec eux.

Boycottage

Vendredi, l’Association des supporteurs de l’Impact de Montréal (ASUP) qui réunit plusieurs groupes de partisans de la section 132 a invité les autres partisans à les soutenir.

L’ASUP a ainsi lancé un appel au boycottage des prochains matchs de l’équipe comme manière de protestation.

L’ASUP va jusqu’à parler d’injustice flagrante pour décrire la décision prise par le club mercredi dernier.

Plus tôt dans la semaine, l’ASUP a réagi par un communiqué dans lequel on pouvait lire que plus de détails suivraient, ce qui laisse présager certaines actions pour contester la fermeture de leur section.

Front commun

Pendant ce temps, les autres groupes de partisans ont commencé à faire front commun afin que le club revienne sur sa décision de fermer la section 132.

«Nous condamnons sans réserve tous les actes violents et antisportifs, qui n’ont pas leur place ni à l’intérieur ni à l’extérieur du stade. Cependant, nous nous opposons à ce qu’une section entière soit sanctionnée pour les actions d’une minorité», ont écrit les 127 Montréal dans un message sur Twitter dans lequel ils invitent la direction du club à revoir sa décision le plus rapidement possible.

Même son de cloche du côté des 1642 MTL que l’on peut voir derrière le filet du côté est avec leur désormais célèbre cloche.

«Ce n’est pas un secret, les différents groupes de supporteurs montréalais ne partagent pas tous la même vision. Toutefois, nous ne pouvons que nous attrister de voir une tribune vide et de constater le bannissement de l’ensemble de ses supporteurs, au risque de punir injustement des partisans qui n’ont rien à se reprocher.»