Tennis

Le beau parcours d'Auger-Aliassime prend fin

Publié | Mis à jour

Le défi était de taille et il s’est avéré trop gros pour Félix Auger-Aliassime, qui s’est incliné 6-4, 7-5 et 6-2 en demi-finale des Internationaux des États-Unis, vendredi, devant le deuxième favori, le Russe Daniil Medvedev.

Le beau jeu que proposait le Québécois depuis le début du tournoi s’est effondré face à Medvedev. Ce dernier se retrouve en finale à New York pour la seconde fois de sa carrière, après avoir atteint la ronde ultime il y a deux ans.

«Je pense que jusqu’à la fin de la deuxième manche, je jouais correctement, a relevé Félix en conférence de presse. Mais lui, il jouait un peu trop bien. Et il a servi de façon incroyable.»

Dès le début de la rencontre, il était évident que la bataille serait inégale. Le Québécois, novice à ce stade d’un majeur, peinait à remporter ses parties au service.

Occasion ratée

Le Russe, qui visait une troisième finale en Grand Chelem, multipliait pour sa part les as et les coups gagnants.

Au final, il en aura respectivement totalisé 12 et 37, pendant que le 12e favori n’arrivait plus à utiliser efficacement sa première balle, qui avait pourtant été si dévastatrice dans ses précédents matchs.

Le joueur de 21 ans s’est notamment montré coupable de 10 doubles fautes, dont plusieurs à des moments cruciaux.

«Il ne m’a pas donné beaucoup d’ouvertures, a analysé l’athlète qui a grandi à L’Ancienne-Lorette, près de Québec. Face à un joueur comme lui, vous n’avez pas le droit de commettre des erreurs, le droit de perdre votre concentration, comme je l’ai fait à la fin de la deuxième manche.»

Car oui, Félix a eu ses chances au deuxième set. À 3-2, il a obtenu ses premières balles de bris du match. Et Medvedev lui a offert son service sur sa première double faute de la rencontre.

Mais «FAA» s’est écroulé au moment de servir pour la manche. Après avoir mené 30-0 dans la partie, il a vu son rival de 25 ans revenir au pointage.

Félix a tout de même réussi à s’offrir une balle de manche, mais une volée ratée a ramené le pointage à égalité. Medvedev a ensuite pris les devants... puis le service d’Auger-Aliassime, quand il a commis une faute directe sur balle de bris.

Le Québécois n’a plus jamais été le même. Il a de nouveau concédé son service au 12e jeu, puis a encaissé deux bris dans la troisième manche.

«Briser mentalement»

Sur le terrain après sa victoire, Medvedev s’est réjoui d’avoir pu «briser mentalement» son adversaire à la fin de la deuxième manche.

«C’est difficile de perdre, mais j’ai toujours tenté d’accepter cette réalité. Autant je voulais gagner aujourd’hu [vendredi], je n’ai pas réussi. Je peux faire mieux et je ferai mieux», a relativisé Félix.

Et malgré la défaite, Félix a beaucoup de positif à tirer des deux dernières semaines. Il a écrit l’histoire en devenant le premier Québécois, chez les hommes, à atteindre ce stade d’un majeur, et le premier Canadien à disputer la demi-finale du US Open.

Bientôt top 10?

Mais il y a aussi le fait qu’il pointera au 11e rang de l’ATP, lundi. Il s’agira de son meilleur classement en carrière – il a amorcé le US Open 15e – et il ne sera qu’à une centaine de points d’une place dans le top 10.

«C’est une semaine positive. L’issue aurait pu être différente, mais au final, je m’en vais dans la bonne direction», a-t-il dit.

Medvedev affrontera maintenant le vainqueur du match disputé en soirée entre le Serbe Novak Djokovic, favori du tournoi, et l’Allemand Alexander Zverev, quatrième tête de série.

Si Djokovic devait passer en finale, le Russe tentera demain de le priver du Grand Chelem (gagner les quatre majeurs d’une saison), un exploit réalisé pour la dernière fois chez les hommes par l’Australien Rod Laver, en 1969.

En double féminin, une blessure a forcé le duo composé de la Canadienne Gabriela Dabrowski et de la Brésilienne Luisa Stefani à se retirer de la demi-finale contre les Américaines Cori Gauff et Catherine McNally, vendredi. Stefani a subi une vilaine blessure à la jambe et a dû sortir du court en fauteuil roulant.